Enseigner l’interculturel en classe de FLE

La visite à Shanghai de Madame Claudine Moïse, professeure des universités à l’université Grenoble-Alpes, dont les recherches en sociolinguistique portent sur l’interculturel et l’identité, a été l’occasion pour le service de coopération universitaire du Consulat général de France à Shanghai d’organiser une formation à l’intention de tous les enseignants chinois qui enseignent le français comme langue étrangère (FLE) dans des établissements secondaires chinois de la circonscription de Shanghai (Anhui, Jiangsu, Zhejiang et Shanghai).

Vingt-quatre enseignants chinois et francophones ont ainsi pu assister, le vendredi 3 mars 2017 au lycée Guangming qui nous accueillait, à une formation qui visait à les sensibiliser à l’enseignement du FLE dans une perspective interculturelle.
 
Une formation peu ordinaire, divisée en deux temps où il s’agissait d’abord d’observer le cours de Xinjiletu Zhao (alias Franck), actuellement en doctorat à l’Université Grenoble-Alpes, en présence de ses élèves débutant leur apprentissage de français. Puis retour sur la pratique en seconde partie, où les participants étaient invités à adopter une approche réflexe sur l’interculturel en classe de FLE grâce à un atelier co-animé par Claudine Moïse et Franck.
 

JPEG - 968.9 ko
Xinjiletu Zhao, alias Franck

Actuellement en doctorat sous la direction de Claudine Moïse, Xinjiletu Zhao a choisi de poursuive une thèse sur l’approche culturelle et la pratique interculturelle dans l’enseignement. Claudine Moïse, spécialisée en sociolinguistique ethnographique et interactionnelle, s’intéresse notamment aux changements sociaux et des identités des sujets à partir des pratiques langagières. La formation qu’ils ont animée conjointement a favorisé de nombreux échanges entre les intervenants et les participants :

JPEG - 1.3 Mo

Cette formation avait pour but de montrer aux enseignants qu’enseigner l’interculturel n’est pas indissociable de l’enseignement des langues. En effet, apprendre une langue revient aussi à apprendre la culture de celle-ci, ce qui décuple la motivation de l’apprenant. L’interculturel, c’est permettre aux élèves d’avoir un autre regard sur une culture, de déconstruire les stéréotypes, de réfléchir à ses habitus culturels, et de prendre du recul par rapport à sa propre culture.

Eléments biographiques :
Professeure des universités, Claudine Moïse travaille en sociolinguistique ethnographique et interactionnelle. Ses terrains sont, au Canada, le nord de l’Ontario et, en France, les quartiers populaires et périurbains dans une perspective de sociolinguistique urbaine. Elle s’intéresse à la description des parlers jeunes, notamment à travers les sms, et aux rapports de genre. Elle est investie depuis les années 2000 dans un vaste projet sur la violence verbale, particulièrement la violence verbale institutionnelle et celle en lien avec la violence sexuelle (www.violenceverbale.fr). Quelles que soient les données, elle cherche à rendre compte des changements sociaux et des identités des sujets à partir des pratiques langagières, entre autres mondialisées, et de l’analyse des intérêts de pouvoir en jeu dans les discours en circulation et dans les interactions verbales. Ces travaux l’ont amenée à approfondir l’étude de la valorisation du sujet dans l’interaction et des inégalités sociales. En prenant en compte la subjectivité des locuteurs et leurs négociations langagières, elle tente de rendre compte des stratégies linguistiques en jeu dans la présentation de soi.

Seules quelques publications sont présentées ici :
Ouvrage, auteur
(2015) *Moïse C., Meunier E., Romain C., La violence verbale dans l’espace de travail. Analyses et solutions, Paris, Bréal, 194 pages
(2012) Moïse C., Violence verbale, fulgurances au quotidien, DVD, Comprendre et agir, Crdp de Montpelier, deux volumes de trois heures chacun
(2010) Gamet M.-L. et Moïse C., La violence sexuelle des mineurs, auteurs et victimes. De la parole aux soins, Paris, Dunod, 226 pages

Ouvrage, éditeur
(2016 sous presse) Lajarge R. et Moïse C., L’Habitabilité au prise de la convivialité territorialisée, chapitre 3, in Lajarge R. et Fourny M.-C. (Eds), Editions Kartala
(2015) Moïse C. et Oprea A., Politesse et violence verbale détournée, Revue Semen
(2015) Moïse C., "Un observatoire de la tranquillité publique de Montpellier. Des enjeux sociaux et scientifiques", in Les insultes : bilan et perspectives, théorie et actions, Presses de l’université de Savoie, pages 169-244
(2013) Fracchiolla B. Moïse C., Romain C. et Auger N., Violences verbales. Analyses, enjeux et perspectives, Presses Universitaires de Rennes
(2011) Duchêne A. et Moïse C., Langage, genre et sexualité, Montréal, Éditions Nota bene

Dernière modification : 10/03/2017

Haut de page