Enjeux et acteurs

La Chine attache de plus en plus d’importance aux questions du patrimoine, tant sur le territoire national qu’à l’international. Dans ce contexte, le service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France en Chine appui depuis 2016 le développement de la coopération franco-chinoise dans le domaine du patrimoine culturel.

Un domaine de coopération prioritaire

La coopération dans le domaine du patrimoine a pris une impulsion nouvelle avec le lancement de plusieurs chantiers et projets pilotes en 2016, principalement dans la province historique du Shaanxi afin de favoriser le développement de la coopération patrimoniale entre les institutions françaises et chinoises, et de mieux cerner les attentes et les contraintes. Deux ans après ces premières actions, lors de la visite d’Etat du Président de la République en janvier 2018, un arrangement administratif relatif à la coopération dans le domaine du patrimoine a été signé par la Ministre de la culture et l’Administrateur d’Etat du patrimoine culturel chinois. Ce document, à dimension nationale, couvre l’essentiel des champs d’application du patrimoine et des types de coopération (technique, formation, …). Il encadre l’ensemble de la coopération franco-chinoise dans le domaine du patrimoine.

La Fondation des Sciences du Patrimoine (FSP)

PNG

La FSP est l’acteur français majeur dans le domaine du patrimoine en Chine, puisqu’elle coordonne l’intervention de nombreuses institutions publiques du secteur qui interviennent dans le Shaanxi. Depuis 2016, Ce groupement d’acteurs français clés dans le domaine, inclut notamment l’Institut national des recherches archéologiques préventives (INRAP), l’association Sites&Cités remarquables de France, l’Institut national du patrimoine (INP), le Laboratoire de recherche des monuments historiques (LRMH), le Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF) ainsi que le Château de Versailles.

L’Institut National du Patrimoine (INP)

Établissement public d’enseignement supérieur du ministère de la culture, l’INP a pour mission la formation initiale des conservateurs et restaurateurs du patrimoine. La formation dans un même établissement à ces deux métiers étroitement complémentaires est une originalité unique en Europe. L’INP propose un très large éventail de formations continues pour les professionnels du patrimoine, français et étrangers. L’INP inscrit ses missions et ses actions dans un réseau de coopérations internationales (Chine, Maghreb, Abu Dhabi).
Dans le cadre d’un arrangement administratif signé entre le Ministère de la culture et de la communication et l’Administration d’Etat du Patrimoine culturel de Chine en 2014, l’INP a organisé une formation de plusieurs semaines en novembre 2016, visant à renforcer des compétences du personnel de l’Académie Chinoise du Patrimoine Culturel (CACH). Dans le cadre d’un mémorandum de coopération entre le Service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France en Chine et la Fondation Huaxia en 2018, l’INP a organisé une formation de deux semaines à Paris destinée aux cadres des musées chinois en décembre 2018.

L’observatoire de l’architecture de la Chine contemporaine et Ecole de Chaillot, Cité de l’architecture et du patrimoine

La Cité de l’architecture et du patrimoine est un établissement public national à caractère industriel et commercial, créé en 2004 et ouvert au public en 2007. Elle réunit, en une même institution, un musée, un centre d’architecture, une école, une bibliothèque spécialisée et un centre d’archives.
L’Observatoire de l’architecture de la Chine contemporaine (OACC) a été créé en 1997 par les ministères des Affaires étrangères et européennes, de la Culture et de la communication, de l’Education nationale, et de l’Enseignement supérieur et de la recherche. Il a depuis été rattaché au département de la Création architecturale de la Cité de l’architecture et du patrimoine. Il a pour mission de développer les coopérations entre les professionnels chinois et français dans les domaines de l’enseignement, de la recherche ou de la maîtrise d’œuvre avec les milieux de l’architecture, de la ville, du paysage et du patrimoine.
L’école de Chaillot est un autre établissement qui a rejoint la Cité de l’architecture et du patrimoine en 2004. Créée en 1887, l’école forme des architectes du patrimoine et délivre des formations post-diplômes sur un domaine qui s’étend des monuments et centres historiques jusqu’au patrimoine ordinaire, avec une spécialisation dans la conservation et la restauration architecturales, urbaines et paysagères. Elle est également active à l’étranger et mène des coopérations notamment en Chine, comme par exemple avec l’Université de Tongji.
Cette coopération sur le patrimoine urbain, architectural et paysager a été développée depuis 1998 entre l’OACC et l’Ecole d’architecture et d’urbanisme de l’université Tongji, à travers notamment le Programme présidentiel « 150 architectes, urbanistes et paysagistes » achevé en 2005.
Cette coopération a été renforcée en 2007 par la signature d’une convention entre, pour la partie chinoise, l’Université Tongji, l’Institut de formation et de recherche du Patrimoine Mondial de l’UNESCO (région Asie et Pacifique, Shanghai), et pour la partie française, la Direction de l’Architecture et du Patrimoine (DAPA) du Ministère de la Culture et de la Communication, et la Cité de l’architecture et du patrimoine.

Convention entre l’Université Tongji, la Cité de l’architecture et du patrimoine et la Direction de l’architecture et du patrimoine du Ministère de la culture (PDF - 1.9 Mo)

La convention se fixe pour objectif de renforcer « la conviction commune que la préservation et la mise en valeur du patrimoine architectural, urbain et paysager sont des fonctions fondamentales pour un développement harmonieux et durable des villes, des territoires et du cadre de vie des gens qui les habitent ».

Dernière modification : 27/08/2019

Haut de page