Editoriaux de Laurent Fabius et Aurélie Filippetti pour le lancement du Cinquantenaire des relations franco-chinoises [中文]

Laurent Fabius, ministre des Affaires Etrangères, et Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, annoncent le cinquantième anniversaire des relations France-Chine.

Extraits du dossier de presse du lancement du cinquantième anniversaire des relations franco-chinoises.

Laurent Fabius, ministre des Affaires Etrangères

JPEG

Il y a cinquante ans, le Général de Gaulle décidait d’établir des relations diplomatiquesavec la République populaire de Chine. La France fut ainsi le premier grand pays dumonde occidental à procéder à un échange d’ambassadeurs avec Pékin.

En pleine Guerre froide, il s’agissait d’un geste fort et inédit. C’était aussi une décision visionnaire à l’égard d’une grande puissance en devenir, dont l’importance dans les affaires du monde s’impose aujourd’hui comme une évidence.

Le 27 janvier 2014, date anniversaire de la déclaration de l’établissement des relations diplomatiques, marquera l’ouverture d’une année de commémoration, jalonnée de nombreux événements illustrant la densité et le dynamisme des échanges entre la Chine et la France. Des visites de hauts responsables renforceront puissamment nos liens.

De grandes expositions donneront à voir, de part et d’autre, les trésors du pays partenaire, des chefs-d’oeuvre des musées nationaux français ou des rétrospectives consacrées à Monet et à Rodin en Chine, une exposition sur la dynastie des Han ou une autre sur les laques chinoises en France.

Cet anniversaire ne doit cependant pas seulement être l’occasion de célébrer un héritage. J’ai souhaité que la programmation de cette année particulière soit le reflet de deux pays qui, fidèles à leur histoire et à leur culture, veulent se tourner ensemble vers l’avenir.

Cette programmation, riche et diverse, mettra ainsi en lumière les nombreuses facettes du partenariat stratégique entre la Chine et la France, avec une place significative accordée aux échanges dans les domaines de l’entreprise, de la recherche, de l’innovation, de la technologie et de la formation.

À l’occasion de ce 50e anniversaire, nous voulons poser les bases de nos coopérations futures et nous adresser particulièrement à la jeunesse de nos deux pays. Je souligne à cet égard les actions originales encourageant les échanges entre ces jeunes, notamment l’organisation d’un concours commun de mathématiques, discipline d’excellence dans nos deux pays, dont les lauréats auront la chance d’effectuer un séjour dans l’autre pays partenaire.

Ces manifestations témoignent de l’exceptionnelle amitié franco-chinoise. Elles renforceront notre partenariat et la connaissance mutuelle des Chinois et des Français, de leur culture, de leur créativité et de leurs réalisations dans les domaines les plus divers. Je suis convaincu qu’un public nombreux répondra à cette invitation au voyage. C’est le vœu que je forme en remerciant chaleureusement tous les partenaires qui l’ont rendue possible.

Laurent Fabius

Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication

JPEG

Plus d’un siècle après « le stage du magicien au pays des génies  », comme l’écrivait Paul Claudel à son ami Mallarmé, cinquante ans après la décision de la France d’établir des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine pour « reconnaître simplement le monde tel qu’il est  » et pour honorer « le rendez-vous que la France donna voici 175 ans, celui de la liberté, de l’égalité et de la fraternité  », comme le disait le Général de Gaulle, la culture est encore au coeur des relations entre nos deux pays.

C’est donc naturellement que les célébrations de ce cinquantenaire accorderont une place centrale aux échanges culturels.

En 2014, grâce au musée Guimet qui accueillera une exposition sur la dynastie des
Han, nos compatriotes vont pouvoir découvrir ou redécouvrir quelques-uns des plus beaux fleurons du patrimoine chinois. Dans le même temps, nous prêterons à la Chine certains des plus grands chefs-d’oeuvre issus des collections de nos musées nationaux.

Ce cinquantenaire va également nous permettre d’approfondir encore notre coopération dans tous les domaines de la création, afin que chaque peuple puisse avoir un accès toujours plus large à ce que produit l’autre, qu’il s’agisse du spectacle vivant, de l’art contemporain ou encore du cinéma.

Il est bon de mesurer ainsi le chemin déjà parcouru. Mais cette commémoration
doit plus encore nous porter à regarder vers l’avenir. Elle doit stimuler notre volonté de poursuivre un dialogue toujours plus intense, plus fructueux et plus audacieux.

Les manifestations qui vont rythmer cette année 2014 seront autant d’occasions de toucher de nouveaux publics, en Chine comme en France. Elles doivent aussi nous encourager à ouvrir de nouveaux espaces de libre création qui permettront à nos deux peuples de toujours mieux se comprendre.

Aurélie Filippetti

Dernière modification : 11/07/2014

Haut de page