Ecole de printemps sino-française en mathématiques et « café des sciences » du Pr. Jean-Pierre Ramis, membre de l’Académie des sciences

La coopération universitaire et scientifique en mathématiques entre Wuhan et la France remonte au début des années 1980, quand plusieurs professeurs français - Paul André Meyer, Jambu, Jean Martinet - se sont succédés à l’université de Wuhan (WuDa) pour des séjours de plusieurs mois à plusieurs années.

Les retombées de cette action ont pris plusieurs formes, notamment celle de l’envoi en France de jeunes mathématiciens, en thèse ou en post-docs. De cet échange est née une longue tradition de coopération qui a pris cette année la forme d’une « école de printemps sino-française sur les équations différentielles et fonctionnelles » qui s’est tenue pendant la seconde quinzaine d’avril sur le campus de WuDa, organisée par le doyen de la faculté de mathématiques le Pr CHEN Hua.

Une forte délégation française, de près de 20 mathématiciens, s’est rendue à Wuhan pour la circonstance :
Guoting CHEN, Elie Compoint, Laura Desideri, Anne Duval, Stephane Malek, Changgui ZHANG (Lille), Jean-Pierre Ramis, Jacques Sauloy, Charlotte Hardouin (Toulouse), Leonardo Zapponi, Florian Heiderich, Lucia Di Vizio (Paris et Versailles), Michele Loday (Angers), Jacques Arthur Weil (Limoge), Andrea Pulita (Montpellier), Guy Casale (Rennes), Chaojiang XU (Rouen), Claudine Mitschi (Strasbourg),
à laquelle s’ajoutaient des experts internationaux du domaine venus de Bogota, Aix la Chapelle, Kyoto, Caroline du Nord.

PNG - 54.1 ko
Jean-Pierre Ramis présentant « les idées galoisiennes, avant et après Galois ».
PNG - 84.5 ko
Cérémonie d’ouverture de l’école sino-française : (de g. à d.) LU Jiangbin, Jean-Pierre Ramis, ZHOU Chaungbing, CHEN Yongchuan, Isabelle Dedun, CHEN hua, Marc Bondiou.

Juste après la session inaugurale, qui s’est tenue le 24 avril en présence du vice-président de WuDa (Pr ZHOU Chuangbing) et du directeur des relations internationales (LU Jiangbin) ainsi que des représentants du Consulat général de France à Wuhan (attaché de coopération universitaire et attaché pour la science et la technologie), il est revenu au professeur Jean-Pierre Ramis – Institut de mathématiques de Toulouse et membre de l’Académie des sciences de l’Institut de France - d’ouvrir le sujet sur la « dynamique des équations de Painlevé », présentation très vaste couvrant un grand nombre de thèmes de la conférence.

Ces quatre jours de conférences ont donné lieu à des échanges approfondis, surtout en marge des séances plénières, comme il est de tradition en mathématiques.

La semaine précédant les conférences, des cours spécialisés se sont succédés, dispensés par les visiteurs français à l’attention des étudiants de WuDa. Jacques Sauloy (Toulouse), professeur invité pendant 3 mois à WuDa de février à avril, avait pu pour sa part dispensé un cours d’approfondissement à des étudiants de niveau master.

Enfin, profitant du troisième passage à Wuhan du Pr Ramis, un « café des sciences » a été organisé à l’Institut de physique et de mathématiques de l’Académie des sciences de Chine (WIPM CAS), sur un thème qui lui est cher : « Evariste Galois (1811 - 1832), un mathématicien de génie ».

Devant un parterre d’étudiants et chercheurs de cet institut, le Pr Ramis est revenu sur le parcours exceptionnel de cette grande figure de la science, dont on a fêté le bicentenaire de la naissance l’an dernier. Il a également souligné combien celui que l’on considère comme le pionnier des mathématiques modernes, et dont l’œuvre-testament dépassait à l’époque la compréhension de ses contemporains, a laissé un héritage scientifique encore fécond – les groupes de Galois - et qui ne cesse d’être exploré tant sur le plan fondamental que des applications à différents domaines, en particulier à la physique.

Dernière modification : 16/06/2014

Haut de page