Echanges internationaux sur la protection du Fleuve jaune et de sa biodiversité

Ouverture de la 9ème session d’étude internationale de l’association "Initiative pour l’avenir des grands fleuves" (IAGF) sur le thème de la protection de la biodiversité du Fleuve jaune à l’Ambassade de France le 21 octobre 2019.

JPEG
JPEG

M. Laurent Bili, Ambassadeur de France en Chine, a inauguré le 21 octobre 2019 la 9ème session d’étude internationale de l’association "Initiative pour l’avenir des grands fleuves" (IAGF) sur le thème de la protection de la biodiversité du Fleuve jaune. Celle-ci a eu lieu en présence de M. Erik Orsenna, Président de l’IAGF et académicien, M. Nicolas Chapuis, Ambassadeur de l’Union européenne en Chine, M. LI Ge, Directeur général adjoint au Ministère des ressources en eau et Mme Elisabeth Ayrault, PDG de la Compagnie nationale du Rhône. D’autres représentants institutionnels et privés, acteurs du développement durable en Chine, en France et à l’international, étaient également présents.

M. Wang Yi , membre de l’Académie chinoise des sciences, membre du Comité permanent de l’Assemblée nationale populaire, et M. Zhang Yan, Représentant Chine de l’IUCN, ont insisté dans leurs discours sur le thème de la protection de la biodiversité en Chine puis échangé avec les membres de l’IAGF.

JPEG

La session d’étude se poursuivra du 22 au 25 octobre à Zhengzhou dans la province du Henan. Cet événement s’inscrit dans le cadre de l’Année franco-chinoise de l’environnement, qui a pour objectif de promouvoir la coopération bilatérale franco-chinoise en matière de protection de la biodiversité.

L’Initiative pour l’avenir des grands fleuves (IAGF) est une association créée en 2014 par la Compagnie nationale du Rhône dans le cadre de la préparation de la COP21 Climat à Paris. Chaque semestre, l’association IAGF regroupant une vingtaine de membres représentants d’organismes de gestion de bassins venant d’une dizaine de pays, organise une session d’étude à l’invitation de l’un de ses membres. Ces sessions d’étude permettent de former des analyses et des échanges pluridisciplinaires entre personnalités politiques, gestionnaires, économistes et experts en environnement et en sciences sociales.

Discours de l’Ambassadeur de France en Chine

JPEG

Monsieur le Président de l’Initiative pour l’avenir des grands fleuves, cher Erik Orsenna,
Monsieur l’Ambassadeur de l’Union européenne,
Madame la Présidente-directrice générale de la Compagnie nationale du Rhône,
Monsieur le Professeur WANG Yi,
Mesdames et Messieurs les représentants des ministères et administrations chinoises,
Mesdames et Messieurs,

C’est un plaisir et un honneur pour moi de vous accueillir à l’ambassade de France. Il s’agit ce matin de la réunion plénière d’ouverture de la session internationale d’études de « l’Initiatives pour l’avenir des grands fleuves », l’IAGF, consacrée à la gestion de la biodiversité dans les bassins fluviaux et à l’étude du cas particulier du Fleuve jaune.

C’est là un thème ô combien pertinent car la réduction de la diversité biologique à laquelle nous assistons, conjuguée au réchauffement climatique, représente un danger majeur pour la vie sur Terre.

La Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques, l’IPBES, en a dressé un constat alarmant lors de sa dernière réunion plénière à Paris en mai dernier : un million d’espèces sur huit millions est en voie d’extinction et deux millions sont en grand danger. Face à ce phénomène il convient d’agir rapidement car le coût de l’inaction serait colossal. Pour ne citer qu’un seul chiffre, l’OCDE a évalué, également en mai dernier, à un coût global entre 6 000 et 11 000 milliards de dollars par an les pertes de services écosystémiques imputables à la seule dégradation des terres.

Face à un tel constat, la France et la Chine ont décidé de mener ensemble nombre de coopérations et de projets bilatéraux, réunis en 2019 sur le label de l’Année franco-chinoise de l’environnement. Ensemble, nous montrons des exemples réussis de protection, de restauration ou de gestion de la biodiversité, ou encore des cas de « solutions fondées sur la nature » c’est-à-dire d’aménagements favorisant conjointement la protection de la biodiversité, la lutte contre les changements climatiques et le développement durable.

Dans le cas des écosystèmes fluviaux, la restauration des prairies et les aménagements du type « villes éponges » en sont les meilleurs exemples. Pour la partie française, ces projets sont mis en œuvre par les différents services de cette ambassade, y compris l’Agence française de développement et d’autres opérateurs publics ou associations telle l’IAGF au travers de l’événement qui nous réunit.
Par ailleurs la France, avec l’Union européenne et ses partenaires européens, est aux côtés de la Chine pour qu’un cadre de gouvernance mondial post-2020 ambitieux et réaliste soit adopté pendant la quinzième conférence des Nations Unies sur la biodiversité, dite « CoP 15 », à Kunming fin 2020.

En témoigne notamment la déclaration conjointe franco-chinoise publiée en mars dernier à l’occasion de la visite en France du Président XI Jinping. Sur la route de la CoP15, le Congrès mondial de la nature organisé par l’Union internationale de la conservation de la nature (l’UICN) se tiendra à Marseille en juin prochain. Ce congrès sera une étape précieuse pour le succès de la COP 15 et j’encourage chacun d’entre vous à y participer activement.

La conférence de Paris sur le climat en 2015 nous a appris que la gouvernance environnementale a d’autant plus de chance de succès que nous pouvons démontrer que des solutions existent et réussissent. Elle a aussi mis en évidence l’importance de la mobilisation des acteurs non étatiques, individuellement ou sous forme de coalitions, dans le cadre d’une dynamique dite « d’Agenda de l’action », mais aussi pour convaincre les Etats hésitants à prendre les engagements indispensables. Nos deux pays travaillent main dans la main pour cela.

Les analyses que vous allez partager cette semaine dans le cadre de votre session internationale d’étude « Rivières et biodiversité : le cas du Fleuve jaune » se situent au cœur de l’action promue par la France, ses partenaires européens et la Chine pour apporter une réponse efficace à la perte de biodiversité.

Je vous souhaite des échanges riches et fructueux. Que le fleuve jaune soit toujours plus beau et majestueux.

Je vous remercie.

Dernière modification : 23/10/2019

Haut de page