Discours devant la communauté française de Pékin

Discours de Monsieur Alain Juppé devant les représentants de la communauté française de Pékin, le 13 septembre 2011.

JPEG - 508.1 ko
Discours devant la communauté française de Pékin

Madame l’Ambassadeur,
Messieurs les Conseillers de l’Assemblée des Français de l’étranger,
Mesdames, Messieurs,
Chers compatriotes,

Je me réjouis d’être parmi vous aujourd’hui, ici, à Pékin, à l’occasion de ma première visite en Chine en tant que Ministre des Affaires Étrangères et Européennes. Permettez-moi de remercier notre Ambassadeur, Madame Sylvie BERMANN, qui nous accueille ce soir.

A travers cette visite, j’ai souhaité renforcer encore davantage la relation déjà solide entre nos deux pays.

Avec nos partenaires chinois, nous entretenons en effet un dialogue nourri et confiant.

C’est vrai d’abord sur le plan politique. J’en veux pour preuve la fréquence et la qualité de nos échanges, avec pas moins de douze ministres français qui se sont succédé en Chine et de nombreux responsables chinois qui sont venus en France depuis le début de l’année.

C’est vrai aussi sur le plan culturel et scientifique. Dans le cadre des années linguistiques croisées décidées en novembre dernier par le Président de la République, M. Nicolas SARKOZY, et par le Président de la République populaire de Chine, M. HU Jintao, j’ai ouvert ce matin l’Année du français en Chine devant des étudiants et des professeurs de la prestigieuse Université des langues et de la culture de Pékin (BCLU). Cette initiative nous permettra de faire progresser encore l’enseignement du français en Chine. C’est essentiel si nous voulons donner à nos entrepreneurs, à nos intellectuels, à nos scientifiques, à nos artistes, et plus encore à nos étudiants et à tous les jeunes Chinois et Français qui seront demain les acteurs de nos relations, les moyens de mieux échanger, de mieux se connaître, de mieux se comprendre.

C’est vrai enfin sur le plan économique et commercial. Dans ce domaine, nos relations sont d’ores et déjà denses et fructueuses. Mais nous devons aller plus loin.
-  Nous devons consolider et développer nos liens dans les grands secteurs structurants de notre coopération, comme l’aéronautique ou le nucléaire. C’est dans cet esprit que je me rendrai demain dans le Guangdong pour inaugurer l’Institut franco-chinois de l’énergie nucléaire de Zhuhai.
-  Nous devons aussi renforcer la présence de nos entreprise dans d’autres secteurs, qui offrent des perspectives d’activité prometteuses, qu’il s’agisse du développement durable, de la santé, de l’agriculture ou encore des services financiers.
-  Nous devons également diversifier davantage la localisation de nos investissements et de nos coopérations, car des opportunités existent sur l’ensemble du territoire chinois.
-  Enfin, nous pouvons dynamiser encore nos investissements bilatéraux, en veillant à garantir équité d’accès au marché et respect de la propriété intellectuelle. Nous voulons plus de réciprocité, car il n’y a pas de relation économique et commerciale durable si elle n’est pas construite sur des bénéfices mutuels et sur une relation équilibrée.

Forts de cette amitié et de ce dialogue, nous devons travailler ensemble, Français et Chinois, au service d’un monde plus juste et mieux régulé. Vous le savez, la France assume depuis novembre dernier la présidence du G20, avec l’ambition d’associer pleinement les pays émergents à la gestion des grands dossiers internationaux. C’est dans cet esprit que le Président de la République est récemment venu à deux reprises en Chine, et notamment il y a deux semaines pour s’entretenir avec le Président HU Jintao et préparer le sommet du G20 qui se tiendra à Cannes en novembre prochain. En liaison avec les autorités chinoises, nous voulons faire avancer la réforme du système monétaire international et poursuivre un dialogue constructif permettant de relever ensemble les défis globaux qui sont devant nous.

Cette vitalité de la relation franco-chinoise, vous en êtes les premiers artisans.

Avec près de 30.000 Français inscrits au registre des Français établis en Chine, avec probablement près de 40.000 compatriotes qui y vivent, si on inclut les non-inscrits et les étudiants de passage, vous formez ici une communauté en progression constante et rapide. A Pékin, bien sûr, mais aussi à Shanghai, à Canton, à Hong Kong et dans toutes les autres villes de Chine où nos compatriotes sont implantés : Wuhan, grande métropole chinoise chère au cœur du maire de Bordeaux, Chengdu et Shenyang.

Quelle que soit votre fonction, quelle que soit votre activité, associative ou professionnelle, vous participez au rayonnement de notre pays et à la promotion des valeurs de la France - à cet égard, notre nouvelle ambassade sera pour vous un atout majeur. A travers votre esprit d’entreprise, votre appétit de découverte et votre volonté de partage, vous contribuez au quotidien à enrichir le dialogue franco-chinois et à renforcer la relation entre nos deux pays.

Je pense notamment aux nombreuses entreprises françaises, présentes en Chine à travers plus de 2 000 implantations, bureaux de représentation, usines, centres de recherche et développement ou réseaux de distribution. Elles incarnent la diversité, la créativité, l’énergie et la technicité qui font l’excellence de l’économie française. Je sais qu’elles ne ménagent pas leurs efforts pour proposer le meilleur des produits et de la technologie française, dans un marché qui reste cependant difficile et complexe. J’aurai demain l’occasion de rencontrer à Canton des représentants de la communauté d’affaires française. Je tiens à rendre un hommage particulier au dévouement des conseillers du Commerce extérieur et au rôle essentiel joué par la Chambre de commerce et d’industrie française en Chine, qui, au-delà de ses opérations traditionnelles, développe ses activités dans le domaine de l’emploi, de la formation et des stages, et de l’accueil des nouveaux expatriés.

Pour vous aider à relever les défis du quotidien, nous sommes à vous côtés. Je voudrais saluer les représentants à l’Assemblée des Français de l’étranger, qui jouent un rôle essentiel pour relayer vos préoccupations, auxquelles je suis toujours très attentif.

Je sais que vous attendez depuis de longues années la construction d’un nouveau lycée français international. Je sais aussi qu’à l’étranger, un tel établissement constitue un équipement essentiel pour la communauté française, une pièce centrale de notre dispositif culturel, une référence pour tous les francophones et francophiles. Des développements positifs ont eu lieu au cours de l’été. La procédure suit son cours et tous les acteurs sont mobilisés pour obtenir, en liaison avec nos partenaires chinois, l’avis préliminaire d’urbanisme qui permettra de lancer le projet, nous l’espérons, au cours des prochaines semaines.

Vous le voyez, vous n’êtes pas seuls dans cette aventure courageuse, mais exaltante, qu’est l’expatriation.
-  Notre dispositif diplomatique et consulaire en Chine est là pour vous soutenir.
-  Le nouveau Secrétaire d’État aux Français de l’étranger est également pleinement mobilisé à votre service.
-  Enfin, conformément aux engagements du Président de la République, vous serez appelés en 2012 avec l’ensemble des Français de l’étranger à élire 11 députés, en plus de vos sénateurs, qui effectuent depuis longtemps un travail remarquable. Vous disposerez ainsi des moyens de mieux faire entendre votre voix.

Chers compatriotes,

Vous qui travaillez et vivez ici, dans ce grand pays qui a retrouvé sa place dans l’économie mondiale et sur la scène internationale, vous représentez pour la France un atout exceptionnel. Je sais pouvoir compter grâce à vous tous sur une équipe France forte et soudée, audacieuse et volontaire, déterminée à porter haut en Chine les couleurs de notre pays.

Vive la France, vive la Chine, vive l’amitié franco-chinoise !

Dernière modification : 15/09/2011

Haut de page