Discours devant la communauté française de Canton

Discours de Monsieur Alain Juppé devant les représentants de la communauté française de Canton, le 14 septembre 2011.

JPEG - 79.2 ko
Discours devant la communauté française de Canton

Madame l’Ambassadeur,
Monsieur le Consul général,
Messieurs les Conseillers de l’Assemblée des Français de l’étranger,
Mesdames, Messieurs,
Chers compatriotes,

Je me réjouis d’être parmi vous aujourd’hui.
-  D’abord, parce qu’à l’occasion de chacun de mes déplacements à l’étranger, j’ai à cœur d’aller à la rencontre des représentants de la communauté française.
-  Ensuite, parce que la province du Guangdong est l’un des berceaux historiques de la présence française en Chine. C’est la raison pour laquelle, au terme d’une tournée de 8 jours qui m’a conduit de Hong-Kong à la Nouvelle-Zélande et de l’Australie à la Chine, j’ai tenu à vous consacrer ce moment. Je voudrais remercier notre Consul général, Monsieur Bruno BISSON, qui nous accueille ici ce soir.

Ce séjour en Chine – ma première visite en tant que Ministre des Affaires étrangères et européennes – s’inscrit dans le cadre de la relation amicale et ambitieuse qui unit nos deux pays – j’ai eu l’occasion de le rappeler hier devant les étudiants de l’université Tsinghua.

Avec la Chine, nous entretenons en effet un dialogue nourri et confiant.

C’est vrai d’abord sur le plan politique. J’étais hier à Pékin, où je me suis entretenu avec le Premier ministre, M. WEN Jiabao, le Conseiller d’État en charge des affaires étrangères, M. DAI Bingguo et mon homologue, M. YANG Jiechi. Ici, en Chine du Sud, je viens de rencontrer M. WANG Yang, Secrétaire du Parti de la province du Guangdong. Vous le savez, c’est une personnalité importante, tant au niveau provincial que national, qui veut pérenniser le statut de laboratoire du développement économique de la Chine qui a été celui de cette région au cours des trente dernières années.

Dans le domaine économique et commercial, nous entretenons depuis longtemps des relations étroites et denses, notamment dans de grands secteurs comme le nucléaire, l’aéronautique ou les transports. J’ai inauguré tout à l’heure l’Institut franco-chinois de l’énergie nucléaire, installé sur le campus de l’Université Sun Yat-Sen de Zhuhai, où une centaine d’étudiants seront désormais formés chaque année. Cette cérémonie ouvre une nouvelle page de notre coopération bilatérale dans le domaine du nucléaire civil et je voudrais saluer les femmes et les hommes d’Areva, d’EDF et de toutes nos entreprises pour leur savoir-faire et leur engagement, qui font honneur à l’industrie française. Mais au-delà de ces domaines de coopération traditionnels, nous devons désormais développer nos relations avec la Chine dans des secteurs d’avenir, comme le développement durable, l’agriculture, la santé ou les services financiers. Je sais que vous vous y attachez.

Dans le domaine culturel, enfin, les liens entre nos deux peuples sont nombreux et profonds. J’ai procédé hier au lancement de l’année de la langue française en Chine, projet porté par nos deux Présidents et qui, je l’espère, favorisera la connaissance et la compréhension mutuelles entre nos deux pays.

Ce partenariat dynamique et ambitieux, nous voulons désormais le mettre au service d’une meilleure gouvernance mondiale. Vous le savez, la France assume cette année la présidence du G20, où nous avons l’ambition d’associer pleinement les pays émergents à la gestion des grands dossiers internationaux. C’est dans cet esprit que le Président de la République est venu en Chine à deux reprises, en mars dernier et il y a deux semaines, pour s’entretenir avec le Président HU Jintao et préparer le Sommet du G20 qui se tiendra à Cannes début novembre. En liaison avec les autorités chinoises, nous voulons faire avancer la réforme du système monétaire international et poursuivre nos efforts pour relever ensemble les défis posés par les déséquilibres de la croissance globale et par la crise économique et monétaire.

Cette relation d’amitié entre la France est la Chine, vous êtes en première ligne pour la faire vivre au quotidien.

Comme sur l’ensemble du territoire chinois, votre communauté en Chine du Sud est aujourd’hui en plein essor. Mais cette croissance est ici particulièrement remarquable, puisque vous êtes trois fois plus nombreux qu’en 2007 et représentez aujourd’hui la première communauté européenne au Guangdong.

Chacun dans son environnement, chacun dans ses activités, professionnelles ou associatives, vous contribuez au quotidien à enrichir le dialogue franco-chinois et à renforcer le rayonnement de notre pays.

Chacun dans son secteur, chacun dans ses fonctions, vous témoignez de cet esprit d’initiative, de ce dynamisme et des ces compétences techniques qui font l’excellence des entreprises françaises. C’est particulièrement vrai, ici, en Chine du Sud, où 20% des quelque 2000 implantations d’entreprises françaises présentes en Chine sont installées, et notamment à Canton, et plus encore à Shenzhen. Dans un marché qui reste difficile et complexe, vous êtes de plus en plus nombreux à venir proposer des produits et une technologie française de qualité. Je vous en remercie. Je voudrais également remercier les conseillers du Commerce extérieur pour leur action essentielle et souligner le rôle très actif de la Chambre de commerce et d’industrie française en Chine.

Je n’oublie pas les représentants à l’Assemblée des Français de l’étranger, qui contribuent activement à l’amélioration de votre quotidien et veillent en permanence à relayer vos préoccupations.

Ces préoccupations, nous y sommes très sensibles. Nous sommes à vos côtés pour vous aider à surmonter les obstacles du quotidien.

Je sais que vos entreprises rencontrent parfois des difficultés dans l’accès au marché et le respect de la propriété intellectuelle. Sachez que nous ne ménageons pas nos efforts pour obtenir davantage de réciprocité : il n’y a pas de relation économique et commerciale durable si elle n’est pas construite sur des bénéfices mutuels et sur une relation équilibrée.

Dans tous les autres domaines, notre consulat général à Canton est pleinement mobilisé pour vous soutenir. Votre nouveau consul général, M. Bruno BISSON, vient de prendre la succession de M. Jean-Raphaël PEYTREGNET, qui vous a servis durant quatre ans. Au cours des derniers mois, j’ai pu apprécier personnellement son efficacité en tant que chef du cérémonial à l’Hôtel du Ministre, au Quai d’Orsay. Je peux vous assurer de son engagement et de son dévouement pour représenter l’État et répondre à vos besoins, avec l’appui de notre ambassade à Pékin. Vous le savez, le Ministère dont j’ai la responsabilité, porte un intérêt constant au devenir des deux millions de Français qui vivent à l’étranger. J’en veux pour preuve la récente nomination à mes côtés d’un Secrétaire d’État aux Français de l’étranger. Je vous rappelle également que, conformément aux engagements du Président de la République, la représentation des Français de l’étranger, qui a été voulue plus égalitaire, sera renforcée en 2012, avec l’élection de onze députés.

Mes chers compatriotes,

Vous vivez dans une région en formidable essor et en perpétuelle transformation, moteur d’un grand pays qui compte dans l’économie mondiale et sur la scène internationale. Vous représentez donc pour la France un atout exceptionnel.

Je sais pouvoir compter sur vous pour porter haut les couleurs de notre pays.

Vive la France, vive la Chine, vive l’amitié franco-chinoise !

Dernière modification : 16/09/2011

Haut de page