Discours de l’ambassadeur à la Conférence sur les partenariats franco-chinois pour l’accompagnement du grand âge (8 mai 2018)

JPEG

Mmes et MM. les Professeurs de médecine,
Mmes et MM. les représentants d’entreprises chinoises et françaises,
Mmes et MM. les représentants des médias,
Mesdames et Messieurs,

Je suis très heureux de vous accueillir à l’Ambassade de France à l’occasion de cette 4ème conférence franco-chinoise sur l’accompagnement du grand âge et de la dépendance.

Le vieillissement est un défi important pour nos la Chine comme pour la France, et plus généralement pour l’humanité : selon les Nations Unies, la population âgée de 60 ans et plus devrait augmenter de 52% entre 2018 et 2030, pour atteindre à cette date 1,4 milliard de personnes.

Il s’agit bien sûr d’un phénomène qui témoigne des progrès essentiels de la médecine et des politiques de santé publique, tant en Chine qu’en France. L’espérance de vie augmente. L’espérance de vie en bonne santé augmente, et nous devons nous en féliciter.

Mais c’est aussi un défi économique et social majeur pour les Etats, et un problème difficile pour les familles, pour les personnels soignants, pour les pouvoirs publics, et bien sûr, pour les personnes âgées elles-mêmes, qui aspirent légitimement à la meilleure qualité de vie possible, quelle que soit leur degré d’autonomie.

Pour ce qui les concerne, les autorités chinoises me semblent avoir parfaitement pris la mesure du défi que représente l’évolution démographique récente du pays.
Les experts estiment ainsi que 10 millions de Chinois souffrent de la maladie d’Alzheimer : le pays devra donc dans les 10 prochaines années former plus de 10 millions de personnes aux métiers d’accompagnement du vieillissement, tout en augmentant de 10 millions le nombre de lits en institutions spécialisées.

En France, les pouvoirs publics et les acteurs privés à but lucratif et non-lucratif collaborent depuis plus de 40 ans afin de permettre aux personnes dépendantes de mener une vie plus digne, au plus proche de leurs familles.
L’espérance de vie en bonne santé des françaises âgées de plus de 65 ans est ainsi la plus élevée d’Europe.

Notre approche est multidisciplinaire et associe formation, accès facilité aux soins, aide sociale, accompagnement des aidants familiaux, solidarité financière, développement de thérapies non médicamenteuses, etc.
Notre objectif collectif est de permettre aux séniors de vivre le plus longtemps possible chez eux.

Dans notre pays, les Etablissements d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) occupent une place centrale dans le dispositif, et ont su développer des expertises uniques afin de prendre en charge des résidents lourdement dépendants.
Tout cela s’est accompagné de la mise en place d’un système qualité extrêmement rigoureux et évolutif qui permet d’améliorer continuellement la prise en charge des personnes âgées.

Ne nous cachons pas l’ampleur des problèmes à résoudre, y compris chez nous, lorsqu’il s’agit pour les gouvernements de débloquer les ressources financières indispensables tout en respectant les exigences budgétaires réclamées par nos concitoyens.
La coopération entre l’Etat et les opérateurs privés est donc plus que jamais nécessaire.

Ces derniers font preuve d’une grande vitalité, comme l’illustre leur présence en Allemagne, en Suisse, en Espagne, et dans d’autres pays européens, mais aussi depuis plusieurs années en Chine.
Plusieurs opérateurs français ont aujourd’hui des établissements opérationnels à Canton, Nankin, Pékin, Shenzhen ou encore Xi’an.

Je souligne aussi l’approche collective en Chine de la filière française du vieillissement, qu’illustrent à la fois le Club santé Chine et le Partenariat franco-chinois pour l’avancée en âge, deux associations représentées ici aujourd’hui.

Cette approche collégiale de la filière française fédère ainsi des architectes, des acteurs spécialistes de l’aménagement du logement pour les séniors, des instituts de formation, le leader mondial de la domotique, des acteurs développant des logiciels innovants pour le secteur médico-social, deux grands groupes spécialisés dans la gestion d’établissement pour séniors et le service à la personne, l’un des tous premiers groupes mutualistes européens, qui a de grandes ambitions en Chine afin de mettre en place des solutions innovantes de financement de la dépendance, ou encore des opérateurs ayant développé des innovations de classe mondiale dans le domaine de la téléassistance, de la télésurveillance, du soin à domicile, etc.

Permettez-moi ici d’insister sur le fait qu’il ne s’agit pas pour ces acteurs français d’importer et de copier/coller en Chine notre modèle hexagonal, mais bien d’adapter une expertise unique aux besoins spécifiques de la Chine, et ce, en association bien sûr avec des partenaires chinois.

Cette conférence aujourd’hui, ainsi que la présence d’un Pavillon France à l’occasion du salon CISSE, que je vous invite d’ailleurs, amis chinois, à visiter, comme je le ferai moi-même demain, sont des exemples concrets de cette approche collective et pragmatique des entreprises françaises. 19 sociétés sont ainsi disponibles aujourd’hui pour envisager avec vous des partenariats stratégiques et innovants afin d’améliorer la prise en charge des personnes âgées en Chine tout en créant, bien sûr, de la valeur pour vos entreprises et vos partenaires français.

Enfin, l’action des entreprises chinoises et françaises dans le domaine du grand âge s’articule aussi avec la coopération institutionnelle bilatérale que nos deux pays se sont engagés à renforcer.
A cet égard, la visite d’Etat du Président de la République en Chine début janvier a encore renforcé la coopération de nos 2 pays en matière de santé.

La présence de la Ministre des solidarités et de la santé, Mme Agnès Buzyn, au sein de la délégation ministérielle, et la conclusion lors de cette visite de plusieurs contrats commerciaux notamment dans le domaine du vieillissement, sont des signaux forts quant au caractère prioritaire de ce domaine de coopération pour nos deux pays.

Mme Agnès Buzyn, en compagnie des Ministres français de l’économie et des affaires étrangères, a d’ailleurs signé à cette occasion avec M. ZHONG Shan, Ministre du Commerce, et M. HUANG Shuxian, Directeur de la Commission nationale chinoise pour le vieillissement, un mémorandum d’entente interministériel sur l’économie du vieillissement qui favorisera une approche institutionnelle, collective et opérationnelle de la coopération franco-chinoise dans ce secteur. Cet accord associera les entreprises tant chinoises que françaises, à travers notamment la mise en place d’un comité de pilotage composé des représentants des Signataires, des administrations et des acteurs concernés dans nos deux pays par l’accompagnement du vieillissement.

Enfin, à la demande du Président de la République, la santé et le vieillissement font également partie des secteurs de coopération qui feront l’objet d’une feuille de route interministérielle en 2018 Des Assises franco-chinoises du vieillissement devraient par ailleurs être organisées en Chine en décembre de cette année, en présence de la Ministre française de la santé.

Chaque fois que possible, la double dimension institutionnelle et commerciale de notre coopération en santé est donc valorisée.

En conclusion, je ne peux que vous encourager à profiter de cette matinée pour approfondir vos échanges et pour développer ensemble de nouvelles approches sino-françaises.
Je vous assure également du soutien complet et renouvelé de l’Ambassade de France en Chine pour vous accompagner dans vos projets.

En concluant, je souhaite un grand succès à vos travaux et une longue et fructueuse vie à la coopération franco-chinoise !

Xie xie !

Dernière modification : 08/05/2018

Haut de page