Des mesures d’urgence pour soutenir le secteur touristique

La pandémie de COVID-19 a des conséquences directes sur le secteur du tourisme partout dans le monde et en particulier en France, 1e destination touristique mondiale. En France, le secteur tourisme emploie 2 millions de personnes et représente 7,4% du PIB.
Depuis la mi-mars 2020, Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat auprès du ministère de l’Europe et des affaires étrangères, a réuni chaque semaine un comité de filière tourisme avec les professionnels du secteur afin de les accompagner au mieux et de faire face à la crise. Ce suivi a permis au gouvernement de mettre en place une série de mesures d’urgence et sur le long terme.
L’objectif de ce plan de 18 milliards d’euros présenté lors d’un comité interministériel du tourisme le 14 mai 2020 est de préserver et relancer ce secteur économique, le plus touché par la crise.

« Le tourisme « a été parmi les premiers à être touchés de plein fouet et il est essentiel qu’il retrouve son équilibre. C’est ce qui explique le plan en trois phases que nous déployons. »

Jean-Baptiste Lemoyne »

Des mesures d’urgence

En avril 2020, dans le cadre d’un plan d’urgence économique, 10 milliards d’euros ont été débloqués pour aider les cafés, hôtels et restaurants et entreprises des secteurs du tourisme, de l’événementiel, du sport et de la culture. Le plan prévoit aussi de soutenir les entreprises et salariés avec des mesures de chômage partiel et d’exonération de cotisations sociales pour les TPE et PME jusqu’à la fin du mois de juin 2020.

Des mesures sur le moyen terme

Pour soutenir et relancer le secteur des mesures sont étendues sur toute l’année 2020 (en lien avec les propositions faites par la Commission européenne) pour harmoniser une réouverture progressive des destinations touristiques partout en Europe. Il s’agit de mesures sanitaires, d’une vaste campagne de communication et des mesures économiques :

  • Le fonds de solidarité restera ouvert jusqu’à la fin de l’année 2020 pour les cafés, hôtels et restaurants et entreprises des secteurs du tourisme, de l’événementiel, du sport et de la culture. L’accès à ce fonds sera élargi à des entreprises de plus grande taille (jusqu’à 20 salariés et 2 millions d’euros de chiffres d’affaire) et l’aide à laquelle il pourra donner droit sera augmentée jusqu’à 10 000€.
  • Les entreprises du tourisme et de l’événementiel pourront continuer de recourir à l’activité partielle dans les mêmes conditions qu’aujourd’hui jusqu’à la fin du mois de septembre 2020. Au-delà, l’activité partielle leur restera ouverte si leur activité ne reprend que progressivement, dans des conditions qui pourront être revues.
  • Un plan d’investissements en fonds propres de 1,3 milliards d’euros sera porté par la Caisse des dépôts et par Bpifrance pour un effet attendu en matière d’investissement de 6,7 milliards d’euros.
  • Une exonération de cotisations sociales s’appliquera aux TPE et aux PME du tourisme pendant la période de fermeture ou de très faible activité, au moins de mars à juin 2020, pour un montant estimé à 2,2 milliards d’euros.
  • Les collectivités locales qui le souhaiteront pourront alléger la taxe de séjour des hébergements touristiques. Elles pourront également décider de réduire des 2/3 la cotisation foncière des entreprises du tourisme. L’Etat en financera la moitié.
  • Sous réserve de l’évolution de l’épidémie et de possibles restrictions localisées, les Français pourront partir en vacances en France en juillet-août. Le gouvernement se félicite des engagements pris par les professionnels de l’hôtellerie et du tourisme de garantir la possibilité d’un remboursement intégral en cas d’annulation des nouvelles réservations effectuées, dans le contexte sanitaire de l’été 2020.
  • Pour soutenir la restauration, le plafond journalier des tickets restaurants sera augmenté de 19 € à 38€. Leur utilisation sera autorisée uniquement dans les restaurants les week-ends et jours fériés, à partir de la réouverture des établissements et jusqu’à la fin de l’année 2020.
  • Des protocoles sanitaires sont largement diffusés aux professionnels du tourisme. Il s’agit de les aider à organiser le retour au travail des employés dans des conditions sanitaires garantissant leur santé et d’assurer aux voyageurs et aux consommateurs que tout est mis en œuvre pour les accueillir en sécurité.
  • Une vaste campagne de communication « Cet été, je visite la France » sera déployée en France et en Europe, au sein de l’espace Schengen, pour promouvoir les destinations françaises (sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire et de la possibilité pour les visiteurs internationaux de retrouver le chemin de la France).
Retrouvez l’intégralité des mesures dans le dossier de presse
PDF - 191.7 ko
Comité interministériel du tourisme (14.05.2020) - dossier de presse - (PDF, 182.3ko)
(PDF - 191.7 ko)

Dernière modification : 18/05/2020

Haut de page