Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, à son arrivée au Conseil Affaires étrangères [中文]

Iran - Libye - Sahel (Bruxelles, 13 mai 2019)

Nous avons un sujet important à l’ordre du jour, parmi les sujets importants, c’est l’Iran. Nous allons nous retrouver avec mon collègue britannique et mon collègue allemand et Mme Mogherini dans un instant pour évoqu er la situation. Il est vrai que les déclarations qui ont été faites par les autorités iraniennes sur leurs engagements dans le cadre de l’Accord de Vienne, du JCPoA sont très préoccupantes. Il est vrai que la position américaine d’augmenter les pressions et les sanctions ne nous convient pas, nous l‘avons dit. Mais il est vrai aussi que cette forme d’ultimatum qui a été adressée n’est pas convenable. Donc nous allons voir avec nos collègues comment agir ensemble pour maintenir le JCPoA et pour que l’Iran reste dans le JCPoA. Nous n’avons pas rompu cet accord et donc nous allons envisager les initiatives qu’il nous faut prendre à la suite de ces déclarations. Et j’aurai, je pense aussi, l’opportunité de m’entretenir avec M. Pompeo dans la journée. Par ailleurs, il importe que sur ce sujet, l’Europe reste unie, cela a toujours été le cas jusqu’à présent et je suis convaincu que cela le restera.

Par ailleurs sur la situation en Libye, nous aurons l‘opportunité de rencontré M. Salamé. Le Président Sarraj, comme vous le savez, a rencontré le Président Macron à la fin de la semaine dernière. Nous sommes sur une ligne claire : il faut le cessez-le -feu immédiat sans précondition, éventuellement sous surveillance internationale puisque c’est le souhait du Président Sarraj, et puis rentrer dans le processus politique qui était assez proche d’un dénouement positif lors de la rencontre d’Abou Dabi entre le Président Sarraj et le Maréchal Haftar. Il faut repartir sur ces bases mais en priorité, dès à présent, avoir un cessez-le-feu immédiat sans précondition.
Puis je serai amené aussi évidemment à évoquer la question du Sahel après ce qui s’est passé et après en plus l’attentat qui a eu lieu contre une communauté catholique hier au Burkina Faso. Il importe que l’Union européenne soit à la fois fidèle à ses engagements en matière de développement sur le Sahel mais aussi soucieuse de renforcer la sécurité de la force conjointe. Nous aurons l’occasion d’en parler demain avec nos partenaires. Merci./.

Dernière modification : 14/05/2019

Haut de page