Déclaration conjointe sur le Venezuela [中文]

Quai d’Orsay – 4 février 2019

Le 26 janvier, plusieurs États membres ont exhorté M. Nicolas Maduro à prendre les dispositions juridiques nécessaires pour permettre l’annonce, dans un délai de huit jours, de l’organisation d’élections présidentielles démocratiques. Le même jour, la haute représentante de l’Union européenne et vice-présidente de la Commission a publié un communiqué au nom des 28 États membres de l’Union européenne appelant également à la tenue urgente d’élections présidentielles libres, transparentes et crédibles et a souligné que faute d’annonce concernant l’organisation de nouvelles élections assortie des garanties nécessaires dans les prochains jours, l’Union européenne prendrait d’autres mesures, notamment sur la reconnaissance des dirigeants du pays, conformément à l’article 233 de la constitution vénézuélienne.

La France, ainsi que l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Croatie, le Danemark, l’Espagne, l’Estonie, la Finlande, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, le Royaume-Uni et la Suède prennent note du fait que M. Nicolas Maduro a décidé de ne pas lancer le processus électoral. En conséquence, conformément aux dispositions de la constitution vénézuélienne, ils reconnaissent et soutiennent M. Juan Guaido, président de l’Assemblée nationale démocratiquement élue, comme président par intérim du Venezuela, pour qu’il convoque des élections présidentielles libres, équitables et démocratiques.

Dernière modification : 07/02/2019

Haut de page