Coup d’envoi de la Coupe du monde féminine de football [中文]

La Coupe du monde féminine de football FIFA 2019, accueillie pour la première fois en France, a débuté ce vendredi 7 juin 2019 par la victoire des Bleues face à la Corée du Sud (4-0) sous les yeux de la ministre des Sports, Roxana Maracineanu.

Du 7 juin au 7 juillet 2019, la France accueille pour la première fois la Coupe du monde féminine de football. Organisée tous les quatre ans par la Fédération Internationale de Football (FIFA), l’édition 2019 promet d’être la plus grande compétition sportive 100% féminine de l’histoire. 552 joueuses de 24 équipes nationales se disputeront le trophée promis à la meilleure équipe du monde au cours des 52 rencontres organisées dans les 9 villes hôtes suivantes : Paris, Lyon, Grenoble, Nice, Montpellier, Valenciennes Le Havre, Rennes et Reims. La Coupe du monde FIFA 2019 bénéficiera d’une médiatisation inédite pour une compétition féminine. En France, le groupe TF1 et Canal+ diffusent la Coupe du Monde Féminine.

La quasi-totalité des 1,3 millions de billets a été vendue à un public familial grâce à la politique tarifaire attractive mise en place par les organisateurs (place à partir de 9 euros). 100 000 supporters étrangers sont attendus sur le territoire pour assister à la compétition. La convention qui lie le ministère des sports et le Comité d’organisation a permis la distribution par l’État de 18 000 places sociales à des associations (Femmes Solidaires, le Secours Populaire, Emmaüs, etc…) pour permettre à des personnes éloignées de la pratique sportive et des publics fragiles d’assister à des matchs.

PNG

L’État a octroyé une subvention de 6 millions d’euros par le biais du ministère des Sports à la Fédération Française de Football pour l’organisation de cette compétition. Au-delà de l’enjeu du rayonnement sportif, économique et touristique, cette Coupe du monde constitue un accélérateur formidable pour faire évoluer les représentations dans notre société, encourager la pratique sportive chez les femmes et notamment les jeunes filles, susciter des vocations et accroître la représentation des femmes dans les instances dirigeantes des clubs, associations et fédérations sportives. Avec 140.000 joueuses licenciées actuellement (contre 4 millions aux Etats-Unis), la FFF espère notamment un effet significatif sur le nombre de licences féminines dans ses clubs puisqu’elle vise 200.000 licenciées en 2020.

Enfin, le Comité d’organisation de la Coupe du monde est signataire de la Charte des 15 engagements éco-responsables initiée par le ministère des Sports en partenariat avec le WWF qui engage les organisateurs d’événements à limiter leur impact sur l’environnement et favoriser le développement durable.

Dernière modification : 08/08/2019

Haut de page