Cooperl obtient une certification pour sa production de porcs sans antibiotique

Au terme d’une année de travail, le groupe coopératif agricole de production porcine Cooperl a obtenu en juin 2019, la certification attestant de sa capacité à produire des porcs sans antibiotique. Celle-ci lui a été remise par l’organisme certificateur Wantaï, officialisant la reconnaissance des autorités à l’égard de son savoir-faire. Une remise officielle a été organisée à l’Ambassade de France, le 12 juillet 2019.

JPEG

Cooperl est présent en Chine depuis 2012 ; la coopérative a notamment investi en Chine dans une ferme de 1 500 porcs reproducteurs, en 2015. Depuis 2016, Cooperl travaille au développement d’une filière de porcs élevés sans antibiotiques, grâce notamment à un niveau élevé de biosécurité, utilisant son expertise développée en France pour ce faire.

Cette stratégie répond à la demande de consommateurs inquiets des scandales sanitaires et désireux de produits sains. Elle permettra de distinguer l’offre de Cooperl, notamment par rapport à ses concurrents domestiques qui ne disposent pas de la même technicité. Ces produits de qualité seront valorisés à travers les réseaux de distribution haut de gamme. Il est aussi prévu d’associer à cette démarche des éleveurs chinois, sous réserve que ceux-ci respectent les mêmes exigences de production.
Cette certification constitue une étape supplémentaire de la stratégie de « colocalisation » de Cooperl, à savoir le développement en synergie d’une part, d’une activité de production et de transformation en Chine, et d’autre part, d’exportations à partir de France (viande porcine, charcuterie, génétique, matériel et savoir-faire). Dans le secteur porcin, cette stratégie a été couronnée de succès. À ce titre, il est prévu que Wantaï vienne en France, en septembre, pour certifier les élevages travaillant avec Cooperl et faire bénéficier de cette qualification « élevé sans antibiotique » ses exportations de charcuterie vers la Chine.

À travers l’exemple de Cooperl, c’est l’expertise de l’élevage français et sa capacité à « produire autrement », selon des méthodes plus durables s’inscrivant dans le cadre de l’agroécologie, qui est distinguée ici. Cette aptitude de la France à mettre en œuvre un développement agricole durable est reconnue à l’international puisque le modèle français est classé au premier an, depuis trois ans, par l’Economist Intelligence Unit - Barilla Food sustainability index (FSI).

JPEG

Dernière modification : 09/08/2019

Haut de page