Conférence nationale humanitaire : une enceinte de dialogue associant l’ensemble des actrices et acteurs de l’action humanitaire

En 2020, la 5e édition de la CNH aura lieu le 17 décembre. Compte-tenu de la pandémie de la COVID-19, ses travaux se dérouleront dans un format virtuel et regrouperont plus de 700 participants.

Créée en 2011, la conférence nationale humanitaire (CNH) est une enceinte de concertation, de réflexion et de dialogue. Elle est organisée de manière paritaire par le Centre de crise et de soutien du Ministère de l’Europe et des affaires étrangères et les ONG françaises de solidarité internationale réunies au sein de Coordination Sud. Elle rassemble, tous les deux ans : des acteurs humanitaires engagés à l’international, l’Etat, des parlementaires, des organisations internationales et des fondations d’entreprises.

En présence, pour la première fois, du Président de la République, Emmanuel Macron, et avec la participation du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, la CNH accueillera notamment :

  • Nadia Murad co-prix Nobel de la paix en 2018 ;
  • Runa Khan, fondatrice de l’ONG Friendship ;
  • Joannie Marlene Bewa, Fondatrice de l’ONG Young beninese leaders association, présidente par intérim de Women in global health ;
  • Janez Lenarcic, commissaire européen chargé de la gestion des crises ;
  • Mark Lowcock, secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires des Nations unies ;
  • David Beasley, directeur exécutif du Programme alimentaire mondial, prix Nobel de la paix en 2020 ;
  • Peter Maurer, président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

Les débats seront consacrés aux grands sujets de l’actualité humanitaire et les travaux de la cinquième édition porteront sur :

  • la protection des travailleurs humanitaires
  • le changement climatique
  • l’impact de la Covid-19 sur l’aide internationale
  • l’impact des régimes de sanctions et des mesures antiterroristes sur l’aide humanitaire
  • le renforcement des échanges entre les acteurs humanitaires, de développement et de paix

La CNH 2020 sera également l’occasion de faire une évaluation à mi-parcours de la stratégie humanitaire de la France (2018-2022) endossée par la 4e CNH dans un contexte de forte augmentation des moyens financiers consacrés à l’aide humanitaire.

JPEG

Découvrir l’exposition photographique Femmes humanitaires

Présentée à l’occasion de la conférence nationale humanitaire 2020, cette exposition met en lumière l’engagement des femmes dans l’action humanitaire.

Accéder à l’exposition

Retour sur les précédentes CNH

Depuis sa création en 2011, la CNH s’est réunie quatre fois. Retour sur les principales conclusions de ces grands rendez-vous de l’humanitaire.

Edition 2011

Dans le cadre des échanges tenus lors de la première CNH en présence d’Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères et européennes, le renforcement des espaces de concertation du monde humanitaire est apparu nécessaire. Le principe d’une conférence nationale humanitaire réunit de façon périodique et régulière est acté dans un contexte où les besoins humanitaires sont de plus en plus importants. Les demandes de soutiens financiers augmentent au niveau global face à la multiplication des catastrophes de grande ampleur et des conflits toujours plus complexes. L’élaboration d’une stratégie humanitaire française, inscrite dans le cadre du consensus européen est plébiscitée. Elle se concrétisera en 2012 par la rédaction de la Stratégie humanitaire de la République française (2012-2017).

Edition 2014

Lors de la deuxième CNH, les participants insistent sur la nécessité d’une approche globale et multidimensionnelle visant à traiter l’ensemble des composantes d’une crise. Les dispositifs de prévention jouant un rôle majeur, Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères, annonce lors de la rencontre la sanctuarisation sur cinq ans de la partie de l’aide française au développement consacrée à la prévention des catastrophes naturelles. La diversité croissante des acteurs et la mondialisation de l’aide humanitaire sont des réalités avec un paysage humanitaire qui se recompose : aux ONG, organisations de solidarité internationale et aux bailleurs de fonds traditionnels (État, ONU, Commission européenne…) s’ajoutent désormais d’autres acteurs, plus ou moins « nouveaux » sur la scène humanitaire. Le renforcement de la coordination entre bailleurs apparaît alors comme un enjeu de taille afin d’assurer des interactions efficaces et efficientes.

Edition 2016

La 3e conférence nationale humanitaire a pour thème « Quels rôles à venir pour les acteurs humanitaires internationaux dans l’architecture de l’aide ? ». Les échanges permettent de débattre sur les orientations proposées par le rapport du Secrétaire général des Nations unies (SGNU) publié le 9 février 2016 – fruit d’un long processus de consultations inclusives - et publié en amont du premier Sommet humanitaire mondial (23 et 24 mai 2016 à Istanbul), pour refonder un partenariat international en faveur de l’action humanitaire. Les travaux de la 3e CNH constituent l’une des contributions des acteurs français à cette rencontre internationale. La France plaide pour la mise en place d’une série de mesures visant à renforcer et faciliter le fonctionnement de l’écosystème de l’aide, centré sur les populations, structuré par les principes humanitaires et favorisant la diversité et la complémentarité des acteurs.

Edition 2018

Lors de la 4e, CNH Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, a présenté la nouvelle stratégie humanitaire de la France pour la période 2018-2022, qui marque un changement d’échelle de l’action humanitaire de notre pays et dote celle-ci d’un cap clair, assorti de moyens démultipliés. Les moyens de l’action humanitaire seront plus que triplés et passeront à 500 millions d’euros annuels à l’horizon 2022. Cette augmentation des financements, inédite, sera accompagnée de réformes visant à améliorer l’efficacité de notre aide par la simplification et la transparence. Jean-Yves Le Drian a également insisté sur l’importance de l’articulation entre l’aide humanitaire, conduite par le ministère de l’Europe et des affaires étrangères, et l’action de développement menée par l’Agence française de développement. Des stratégies de réponse communes, comprenant une analyse conjointe des besoins et une coordination des appels à projets, seront mises en œuvre. Le ministre a également annoncé la mise en place d’un mécanisme de renforcement des capacités des acteurs locaux et a rappelé le caractère fondamental du droit international humanitaire dans la politique étrangère de la France.

Dernière modification : 07/01/2021

Haut de page