Conférence de presse pour le lancement du Cinquantenaire des relations franco-chinoises (Paris, le 13 janvier 2014) [中文]

Annonce du programme des festivités du cinquantième anniversaire de l’amitié franco-chinoise

JPEG

En présence du ministre des Affaires Etrangères, Laurent Fabius, et de l’ambassadeur de Chine en France, ZHAI Jun, une conférence de presse s’est tenue lundi 13 janvier 2014 pour annoncer la programmation des festivités de la célébration du Cinquantenaire des relations diplomatiques franco-chinoises.

Pour célébrer l’amitié franco-chinoise, de nombreux évènements et échanges auront lieux tout au long de l’année avec des moments forts, notamment le 27 janvier prochain, date-anniversaire de l’annonce de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays.

A Paris, Nuit de Chine au Grand Palais, placé sous le haut patronage de Monsieur François Hollande, président de la République, rassemblera de nombreux artistes chinois et français qui iront à la rencontre du grand public. Les étudiants chinois des universités et grandes écoles françaises seront les invités d’honneur de la soirée, plaçant ainsi la jeunesse au cœur de ce premier temps fort des célébrations de l’amitié France-Chine tout au long de l’année 2014.

A Pékin, la Garde Républicaine tiendra un concert exceptionnel et une exposition organisée par la fondation Charles de Gaulle sera inaugurée au musée national de Chine national de Chine.

D’autres évènements viendront marquer cette année de célébrations du lien entre la Chine et la France.

Retrouvez ici les éditoriaux de Laurent Fabius, ministre des Affaires Etrangères, et Aurélie Filippetti, ministre de la Culture, à l’occasion du lancement du Cinquantenaire.

Discours de M. Laurent Fabius, ministre des Affaires Etrangères

Seul le prononcé fait foi.

Monsieur l’Ambassadeur,

Monsieur le Premier ministre,

Messieurs les Présidents,

Mesdames, Messieurs,

Mesdames et Messieurs les Journalistes,

Chers Amis,

Le 27 janvier 1964 était publié un très court communiqué :
« Le gouvernement de la République française et le gouvernement de la République populaire de Chine ont décidé, d’un commun accord, d’établir des relations diplomatiques. Ils sont convenus à cet effet de désigner des ambassadeurs dans un délai de trois mois ».

La brièveté du propos n’enlève rien au caractère visionnaire de cette décision, dont nous célébrons cette année le 50ème anniversaire. L’établissement de ces relations, à l’initiative du général de Gaulle, fut un moment fondateur. C’est la raison pour laquelle j’ai souhaité que durant cette conférence de presse, soit mis au premier rang ce magnifique portrait du général de Gaulle par le grand artiste Fanzén. Parlant chinois couramment, vous verrez ou non qu’il est écrit : « Pour guérir un pays malade, il faut s’unir comme des frères et des sœurs. Vive la France ! De Gaulle. »

L’établissement de ces relations, à l’initiative du général de Gaulle a été un moment exceptionnellement important. Par son antériorité par rapport aux autres pays occidentaux, il a donné à la relation franco-chinoise son caractère pionnier. Nos amis chinois, pas plus que nous Français ne l’avons oublié. Cette reconnaissance a assuré à la France une position particulière en Chine. Elle a aussi contribué à changer durablement le cours des relations internationales. Elle a favorisé l’ouverture de ce grand pays, et donc le dialogue et les échanges entre nos nations.

Il ne s’agissait pas pour le général de Gaulle d’approuver un régime spécifique ou d’entériner une idéologie particulière. Mais, comme il le disait lui-même, de reconnaître le monde tel qu’il est. Et surtout, de faire le pari de l’ouverture et du respect à l’égard de la Chine, grand pays, et grand peuple.
C’est pour cette raison que le général de Gaulle avait souhaité placé d’emblée ces relations sous le signe de la culture. Parce qu’au-delà de toutes les vicissitudes, il existe entre la Chine et la France une reconnaissance immédiate, celle de deux nations de haute culture. D’où, je le rappelle, la nomination comme premier ambassadeur d’un ancien ministre de l’éducation nationale, Lucien Paye. D’où aussi le voyage en Chine d’André Malraux, ministre et écrivain, à l’été 1965.
Nous nous inscrivons dans ces pas. C’est le fondement de nos relations et de notre amitié. Dans un monde qui est devenu bien différent, dans lequel la Chine a pleinement retrouvé son rang, nous souhaitons maintenir ces relations et les développer.

En 1997, la France et la Chine ont établi un partenariat stratégique global afin de renforcer leurs échanges économiques, diplomatiques et culturels. La France s’inscrit dans cet héritage. Depuis mai 2012, de nombreuses visites ont permis de raffermir notre amitié. Le président François Hollande s’est rendu en Chine en avril pour une visite tout à fait exceptionnelle et le Premier ministre français en décembre. Le ministre des affaires étrangères chinois et moi-même avons des échanges très réguliers : en 2013, nous nous sommes rencontrés à cinq reprises. Beaucoup d’autres, qui sont présents ou qui sont absents, ont illustré ces échanges récents. Nous accueillerons avec grande joie et fierté au printemps le président Xi Jinping en France pour une visite d’État qui promet d’être une grande réussite.
Dans le secteur économique, nous approfondissons également notre travail en vue d’un développement et d’un rééquilibrage des échanges commerciaux. Nous entendons consolider l’expérience acquise dans le nucléaire civil et l’aéronautique, piliers bien connus de notre relation. Nous voulons augmenter nos échanges dans toute une série de secteurs comme l’agro-alimentaire, le développement urbain durable, la santé, le numérique. Bref, tout est ouvert et le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, grand expert de la Chine et de l’amitié franco-chinoise le sait mieux que quiconque.
La culture et les échanges humains demeurent au cœur de notre relation. En Chine, déjà plus de 100.000 personnes apprennent le français et ce chiffre est en progression rapide. Chaque année, le nombre d’étudiants chinois en France - plus de 35.000 - augmente fortement, près de 10 % par an. En sens inverse, près de 50.000 Français vivent en Chine, formant la première communauté européenne dans plusieurs métropoles comme Shanghai ou Wuhan. Plus d’1,2 million de touristes se rendent en France chaque année, et ces chiffres sont appelés, nous l’espérons, à augmenter massivement dans les prochaines années. Nous voulons permettre à nos intellectuels, à nos entrepreneurs, à nos scientifiques, à nos artistes, à nos étudiants, aux jeunes et moins jeunes Chinois et Français de développer leurs échanges.

L’année 2014 sera une grande année franco-chinoise
Les différentes manifestations qui seront organisées à l’occasion du 50ème anniversaire mettront en valeur la force de notre amitié réciproque. Les événements prévus illustreront notre partenariat dans ses composantes. Après moi s’exprimeront un certain nombre de personnalités qui montreront le programme que nous avons préparé avec une conclusion claire et nette, Monsieur l’Ambassadeur, l’année 2014 sera une grande année franco-chinoise.

Une programmation culturelle de très haute qualité caractérisera, tout au long de l’année, cet anniversaire. Il y aura d’abord l’ouverture des commémorations qui sera marquée le 27 janvier par deux événements prestigieux. D’une part, en ce qui concerne la Chine, un concert de la Garde républicaine au musée national de Pékin et une « Nuit de Chine » culturelle et festive au Grand palais de Paris qui est très prometteuse.

Parmi les événements phares sur lesquels les commissaires reviendront dans un instant, il y aura notamment d’importantes expositions patrimoniales qui donneront à voir, de part et d’autre, les trésors du pays partenaire : un ensemble de chefs-d’œuvre exceptionnel des musées nationaux français à partir d’avril 2014 ; des rétrospectives consacrées à Monet (mars à juin 2014) et à Rodin (à partir d’octobre 2014) en Chine. L’exposition inédite du peintre Yan Pei Ming ici présent à Pékin (de mai à juin 2014) ; l’exposition Le thé et le vin qui sera d’abord présentée à Pékin (mai à juin 2014) puis au Château de la Celle St Cloud et à Paris au second semestre. Toujours en France, une exposition sur la dynastie des Han aura lieu au Musée Guimet (à l’automne 2014), et une autre sur les laques chinoises au Musée des arts décoratifs (de février à juin 2014). Cette programmation, qui n’a rien d’exhaustif, nous le saurons davantage tout à l’heure, s’étendra au domaine de l’artisanat d’art. Ce sera aussi l’occasion d’une campagne de promotion du tourisme en France à destination du public chinois.

Nous avons souhaité que cette année de commémoration accorde une place toute particulière à nos échanges dans les domaines de l’entreprise, de la recherche, de l’innovation, de la technologie, de la santé et d’innovation. C’est en particulier un souhait du président Mérieux. Ainsi, par exemple, une coopération est mise en œuvre visant à la construction d’une nouvelle ville durable sino-française à Wuhan sur laquelle travaille en particulier ma représentante spéciale, Mme Aubry.

Le domaine de la formation est une priorité et posera les bases de nos coopérations futures en nous adressant spécialement à la jeunesse. Des actions nouvelles seront lancées pour encourager les échanges entre les jeunes, en particulier des événements grand public sur les campus universitaires en Chine dans les domaines culturels et scientifiques en présence d’éminentes personnalités comme Cédric Villani qui est ici, et l’organisation, sous son égide, d’un concours commun de mathématiques dont les lauréats auront la chance d’effectuer un séjour en Chine ou en France.

Nous souhaitons faciliter et amplifier à cette occasion les échanges humains entre nos peuples. C’est dans cet esprit que sera lancée, à partir du 27 janvier une opération « visas en 48 heures », qui relève de mes services et qui garantira aux visiteurs individuels chinois un accomplissement rapide et bienveillant des formalités nécessaires à leur séjour en France. Entre le moment où nos amis chinois individuellement déposeront leur demande de visa et le moment où il sera délivré, il s’écoulera 48 heures. Les commissaires des commémorations vous donneront dans quelques instants davantage de précisions sur cette programmation. Je saisis cette occasion pour les remercier de leur travail et pour exprimer ma reconnaissance envers tous ceux qui, en Chine comme en France, ont rendu possible cette année d’échanges et de rencontres qui sera tout à fait exceptionnelle. Cette programmation n’aurait pas pu voir le jour, sans le soutien généreux des mécènes qui ont bien voulu s’associer aux commémorations. Je salue chaleureusement, du côté français, l’engagement de M. Alain Mérieux, Président du comité des mécènes et grand ami de la Chine. J’adresse à travers lui mes très profonds remerciements à toutes les entreprises partenaires.

Je veux aussi à ce stade souhaiter une très chaleureuse bienvenue en France au nouvel ambassadeur de Chine, M. Zhai Jun dont c’est, je crois, la première apparition publique.

Le nombre, la qualité et la diversité des manifestations prévues cette année témoigne de la vigueur de l’amitié franco-chinoise. Je suis convaincu qu’elles permettront de renforcer encore notre partenariat et de mieux faire connaître, en Chine et en France, la créativité et le dynamisme de l’autre partenaire.

Je vais maintenant passer la parole à M. Zhai Jun, l’ambassadeur de Chine en France. Pour vous mettre dans l’état d’esprit dont je sais que vous le partagez et qui est celui de toutes celles et de tous ceux qui sont présents ici, je terminerai en disant tout simplement : Vive l’amitié entre la Chine et la France et en avant pour une très grande année franco-chinoise.

MP3 - 11.4 Mo
140113 lfabius france chine
(MP3 - 11.4 Mo)

Dernière modification : 11/06/2014

Haut de page