Classe franco-chinoise de mathématiques à Wuhan : 35 ans après (18/04/2015) [中文]

Après la signature en 1978 du premier accord de coopération franco-chinois en matière de science et de technologie, une coopération scientifique franco-chinoise s’est mise en place dès 1980, à l’université de Wuhan (WuDa). Elle a fonctionné jusqu’en 1994.

A partir de l’été 1980, un groupe de professeurs et d’experts français se sont ainsi installés à Wuhan, de manière permanente, pour accompagner la progression, sur un programme de premier cycle type classes préparatoires scientifiques, d’un premier groupe de près de 40 brillants étudiants chinois.
A l’issue de ce cycle préparatoire, une dizaine d’étudiants partirent en France, avec des bourses du gouvernement français, dans des écoles d’ingénieurs ou formations scientifiques diverses (informatique, physique, chimie, biologie…).Leurs camarades restés à Wuhan poursuivirent pour leur part l’approfondissement des mathématiques en licence puis master.

Beaucoup d’entre eux restèrent dans cette discipline et devinrent, après une thèse souvent réalisée en partie ou totalité en France, professeurs dans les universités ou chercheurs dans des organisations de recherche prestigieuses, ou diverses entreprises, en France, en Chine ou à l’étranger.
Grâce aux organisateurs MM. WANG Hanfei et ZHOU Feng et leurs collègues chinois et à la contribution de Mme Eliane Cousquer et de ses collègues français, les presque trente anciens étudiants réunis à Wuhan, qui ne s’étaient parfois pas revus depuis le milieu des années 1980, se sont retrouvés avec émotion pendant plusieurs jours, au département de mathématiques de WuDa pour des activités qui leur ont permis d’échanger sur leurs parcours respectifs. Des visites leur ont fait mesurer, pour ceux qui n’y étaient pas revenus auparavant, les considérables changements survenus dans la ville de Wuhan au cours des 30 ans écoulés.

JPEG

M. YU Jiarong, professeur de mathématiques à l’université de Wuhan, à l’origine de cette classe de mathématiques, et dont il a accompagné le déroulement jusqu’à la dernière promotion et dernière année (1994), a pu depuis sa retraite laisser aux participants un message d’amitiés. A la fin des années quarante, également comme boursier du gouvernement français, le Pr. YU Jiarong avait effectué en France sa thèse de doctorat – « sur les droites de Borel de certaines fonctions entières » -, sous la direction de Szolem Mandelbrojt et Georges Valiron. C’est de ces liens étroits noués avec d’éminents français – dont MM. les académiciens Gustave Choquet, Paul Malliavin, Jean-Pierre Kahane, venus à Wuhan à la rencontre de la classe 1980 - qu’il a pu contribuer à la l’évolution des mathématiques en Chine, tant sous l’angle de l’enseignement que de la recherche. M. YU Jiarong a été reçu dans l’ordre des palmes académiques en 1991.
Au total, entre 1980 et 1994, ce sont 8 promotions qui ont été recrutées correspondant à des effectifs de 220 étudiants (plus deux promotions de 18 étudiants en DEA), soit plus de 250 anciens étudiants et diplômés de cette filière originale et longtemps, restée unique.
La chaleur des retrouvailles entre enseignants français et chinois et leurs anciens étudiants montre la qualité du travail de coopération fait à Wuhan, au département de mathématiques, qui demeure un élément non négligeable du rayonnement international de la France.

Dernière modification : 11/06/2015

Haut de page