Cérémonie du 15ème anniversaire du programme « 4+4 », à l’Université des Transports et des Communications du sud-ouest

Allocution du Consul général de France à Chengdu, Monsieur Emmanuel Rousseau
(Chengdu, mardi 23 octobre 2012)

Monsieur le Président de l’Université Xinan Jiaotong (Chen Chunyang),
Messieurs les représentants du Ministère de l’éducation et du China Scholarship Council,
Messieurs les Vice-présidents des universités de Shanghai Jiaotong, de Xi’an Jiaotong et de Qinghua,

Mesdames, Messieurs,
C’est un grand honneur pour moi que de pouvoir participer à cette cérémonie solennelle marquant le 15ème anniversaire du programme de coopération universitaire franco-chinoise le plus emblématique, le programme « 4+4 ».

Je ressens cet honneur d’une manière d’autant plus particulière que, déjà l’an dernier à la même époque, la France, avec ses universités et ses grandes écoles, avait été mise en valeur ici même par votre prestigieuse institution universitaire lors de la célébration de son 115ème anniversaire.
JPEG

Je voudrais donc, Monsieur le Président Chen, vous remercier chaleureusement de nous avoir invités de nouveau aujourd’hui avec mes collègues du Consulat général et de l’Ambassade de France à Pékin.

I/ L’Université Xinan Jiaotong est une très grande université, avec 72 spécialités, dont 12 de niveau national, 15 écoles doctorales, 43 masters, 9 instituts de recherche postdoctorale et 27 laboratoires. Il s’agit d’une des plus importantes universités chinoises dans le domaine des transports et des communications, créée dès 1896 et surnommée le « berceau de l’ingénierie ferroviaire en Chine ».
L’importance de votre université, M. le Président, a été confirmée au cours de son existence par les visites des plus prestigieux personnages de l’histoire chinoise contemporaine, tels que Sun Yat-sen, Zhou Enlai et plus récemment Hu Jintao.

II/ Aujourd’hui, l’Université Xinan Jiaotong est pour les Ecoles Centrales françaises un partenaire de premier choix à travers ce programme de coopération, lancé en 1996 à l’initiative de Centrale Lyon, déjà renouvelé deux fois et sur le point de l’être une troisième. Son succès a été tel que Centrale Marseille, l’université Jiaotong de Pékin et l’université du Zhejiang ont rejoint le programme aux côtés de Centrale Paris, Centrale Lille, Centrale Nantes et de Qinghua, de Shanghai Jiaotong, de Xi’an Jiaotong et de Xinan Jioatong. Aujourd’hui , il serait plus juste de parler de programme « 5+6 » !
JPEG
Ce programme a permis de mieux faire connaître en Chine les écoles d’ingénieur françaises et d’être à l’origine de la création de Centrale Pékin, dont la première promotion a été diplômée au début de cette année, et, d’une certaine manière, à l’origine également de la création des trois autres écoles d’ingénieur franco-chinoises qui existent désormais.
III/ Sur le plan général, la coopération universitaire entre la France et la Chine a déjà donné naissance à de très beaux partenariats, dont le programme « 4+4 » est un parfait exemple. L’influence de ces partenariats sur la mobilité étudiante est décisive puisque, cette année, près de trente 35 000 étudiants chinois étudient en France, soit plus de dix fois plus qu’il y a dix ans. Cette mobilité étudiante est en effet le plus sûr moyen d’assurer une forme d’équilibre et d’harmonie à l’internationalisation de nos échanges. C’est pourquoi, dans cet esprit, la France a conduit ces dernières années une réforme sans précédent de ses universités et a fixé des objectifs précis à notre coopération universitaire avec la Chine, pour le plus grand bénéfice des étudiants chinois et français et de notre relation globale entre deux pays de grande culture :
d’abord, la mobilité étudiante doit être à double sens et de plus en plus « encadrée », c’est-à-dire sur la base de partenariats officiels. Dans les trois ans à venir, la moitié des mobilités s’effectueront sur la base de ces partenariats, pour un total de 50 000 étudiants chinois en France en 2015. C’est pourquoi une sélection rigoureuse des étudiants, un meilleur encadrement et le renforcement des programmes de mobilités, tels que Cai Yuanpei au niveau doctorat, ou France- Excellence au niveau master, sont des conditions nécessaires au bon déroulement des échanges interuniversitaires.

Par ailleurs, la priorité est donnée aux étudiants de master et de doctorat, pour atteindre 66% des effectifs en 2015, principalement dans les filières de management, d’économie, de finances, de sciences et de sciences de l’ingénieur ainsi que du droit, des sciences politiques, de la santé et de l’environnement.
Monsieur le Président, au regard de la vitalité des échanges entre les universités chinoises et les Ecoles Centrales françaises, au regard du travail mené tous les jours par vos collaborateurs pour faire progresser cette coopération universitaire et scientifique, je suis pleinement rassuré quant à notre capacité à atteindre ensemble ces objectifs.

Pour conclure, je tiens à remercier chaleureusement le ministère de l’éducation et le China Scholarship council pour le soutien qu’ils apportent à ce programme en particulier et, de manière générale, au développement de la coopération universitaire entre nos deux pays.
Je vous remercie./.

Dernière modification : 24/10/2012

Haut de page