Cérémonie de clôture des projets financés par l’AFD au Sichuan

Allocution du Consul général de France à Chengdu, Monsieur Emmanuel Rousseau

(Hôtel Sofitel, Chengdu, le jeudi 11 octobre 2012)

Je suis très honoré d’avoir été invité à prendre la parole à l’occasion de cette cérémonie de clôture des projets financés par l’Agence Française de développement, que nous célébrons aujourd’hui.

Je suis également très heureux de saluer la présence parmi nous ce matin de M. Yvon Collin, sénateur du Tarn-et-Garonne, et de M. Jean-Claude Peyronnet, sénateur de la Haute-Vienne. M. Collin et M. Peyronnet ont fait ce déplacement en tant que membres du Conseil d’administration de l’AFD et je les en remercie chaleureusement.

Même si la reconstruction après le tremblement de terre de mai 2008 est officiellement terminée depuis mai 2011,- trois ans seulement pour tout reconstruire ! -, il est encore permis de marquer son appréciation et son admiration pour le courage exceptionnel de la population du Sichuan avec lequel elle a entrepris, et réussi, cette tâche qui paraissait en 2008 insurmontable de la reconstruction des écoles, des hôpitaux, des maisons, des routes, des ponts, etc. Les projets de l’AFD que vous avez vus hier et que vous verrez aujourd’hui sont là pour le prouver.

Qu’il me soit aussi permis de rappeler quelle a été la contribution de l’AFD, au nom de la France, à savoir un prêt bancaire à taux bas au gouvernement chinois, qui a fait l’objet d’un accord en 2008, quelques mois seulement après la catastrophe, et qui a fait de l’AFD le seul bailleur de fonds national à figurer aux côtés des quatre autres bailleurs multilatéraux (le FMI, la BM, la BAD et le FIDA). Ce sont tous ces projets financés par ce prêt de 200 musd, et réalisés au profit des populations sinistrées du Sichuan, que nous célébrons aujourd’hui.

Mais ce qui reste et doit rester aujourd’hui présent dans nos esprits et dans nos cœurs, c’est surtout l’image du courage et de l’énergie extraordinaires du peuple du Sichuan, aidé par un formidable élan de solidarité nationale, et même au-delà si l’on prend en compte les très nombreuses initiatives privées, personnelles, régionales et non officielles venues du monde entier pour aider à la reconstruction, c’est cette image que je vous invite à retenir.

Je vous remercie de votre attention./.

Dernière modification : 24/10/2012

Haut de page