Célébration du 55ème anniversaire des relations franco-chinoises

Discours de l’Ambassadeur de France en Chine pour le 55ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la France et la Chine.

JPEG

M. le Vice-Président du Comité permanent de l’Assemblée populaire de Chine,
cher CHEN Zhu,
M. le Vice-Ministre des affaires étrangères, cher WANG Chao
M. le Vice-Président de l’APCAE, cher SONG Jingwu,
Chers amis Français et Chinois,

Dans trois jours à Paris, les ministres français et chinois des affaires étrangères lanceront officiellement les célébrations du 55ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre nos deux pays.

Depuis plus de cinq décennies, à la suite de cette décision du Général de Gaulle, les relations entre nos deux pays n’ont cessé de se renforcer et ont parfois montré le chemin aux autres.

Car non seulement la France fut, parmi les grandes nations occidentales, la première à procéder à un échange d’ambassadeurs avec la République populaire de Chine en 1964, mais les deux pays ont également signé le premier partenariat stratégique, devenu depuis 2004 un partenariat stratégique global.

JPEG

La 15ème session de notre Dialogue stratégique, qui se tiendra cette semaine à Paris attestera de notre détermination commune à renforcer toutes les composantes de notre coopération mais aussi de notre volonté de l’adapter aux enjeux de demain.
Notre dialogue se fonde, et c’est ce qui en fait la valeur unique et le succès, sur notre capacité à évoquer en confiance tous les sujets, dans le respect de l’Etat de droit et de nos valeurs fondamentales.

Pour notre part, il est également indissociable du partenariat entre l’Union européenne et la Chine, qui se renforce également, ce dont nous nous réjouissons.
L’Europe va vivre une année 2019 très importante, avec la tenue d’élections fondamentales dans un contexte qui n’est pas simple, marqué notamment par le Brexit et la montée des populismes.

Comme elle l’a toujours fait dans le passé, l’Union européenne trouvera les voies et moyens d’approfondir son union politique, économique, sociale et en matière de sécurité.
Elle le fera notamment grâce à un partenariat renforcé entre la France et l’Allemagne, qui se traduira par la signature demain du Traité d’Aix-la-Chapelle, destiné à accélérer la convergence franco-allemande et à contribuer à l’approfondissement européen.

Ce faisant, l’Europe sera un partenaire encore plus fiable pour la Chine, ce qui est plus indispensable que jamais en ces temps difficiles où les fondements du multilatéralisme sont mis en cause par certains, alors qu’il nous faut au contraire en renforcer l’universalité et en améliorer les mécanismes pour lui rendre toute son efficacité.

Mesdames et Messieurs, chers amis,

Depuis 55 ans, nos deux nations ont parfois traversé des moments difficiles, mais c’est au travers de ces épreuves que l’on a appris à se connaître et à s’apprécier.
Mais nous n’étions pas des inconnus l’un pour l’autre, les échanges entre la Chine et la France ne remontent pas à 1964.

Sans faire l’exégèse de nos relations historiques, je mentionnerai le mouvement Travail-études, dont nous célébrerons cette année le centenaire.
Parmi les nombreux jeunes Chinois que la jeune République a envoyé étudier en France à partir de 1919, un certain nombre, comme Zhou En Lai ou Deng Xiaoping, ont contribué à façonner une nouvelle Chine. Ils ont joué un rôle essentiel dans la compréhension réciproque entre les Français et les Chinois.

S’il est nécessaire de se réjouir de la densité de nos relations depuis 55 ans, il est certainement encore plus utile de se tourner vers l’avenir et de mettre l’accent sur la jeunesse d’aujourd’hui, car c’est pour elle aussi que nous avons construit ces ponts entre nos deux peuples.

Nous voulons que les jeunes de nos deux pays puissent mieux se connaitre, qu’il y ait plus de dialogues ouverts et donc d’échanges, non seulement entre étudiants mais aussi entre jeunes apprentis, entre jeunes ouvriers et jeunes ruraux.

Ce dialogue entre les peuples et entre les collectivités territoriales - auquel contribuent avec talent nos hôtes de l’APCAE - viendra enrichir l’interaction entre nos langues et nos cultures, et donc la diversité culturelle du monde, sur laquelle nous pensons - à l’instar des 88 autres pays membres de la Francophonie - que doit se fonder le développement d’un ordre mondial respectueux de tous et donc propice à l’épanouissement de tous.

Je voudrais également souligner que tous nos projets bilatéraux, l’approfondissement de nos relations économiques, politiques et culturelles sont développés pour que les jeunes de nos deux pays aient confiance dans l’avenir, un avenir fondé sur le respect des équilibres écologiques de notre planète.
Nos jeunesses doivent faire face ensemble aux défis de leur époque, défis qui ont pour nom changement climatique, maintien de la biodiversité, protection de l’environnement, renforcement des échanges économiques et humains, maintien de la paix entre les peuples.

La Chine et la France ont déjà fait beaucoup ensemble et peuvent faire encore beaucoup plus puisque nous sommes membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, membres du G20, et de tous les organismes multilatéraux du système onusien.

Le Président Emmanuel Macron et le Président XI Jinping ont souligné la nécessité de préserver cet ordre international, en s’opposant notamment à l’unilatéralisme et au protectionnisme, d’où qu’ils viennent.

Cette bataille planétaire que la France et la Chine ont décidé de mener ensemble, pacifiquement, au sein des institutions internationales, en particulier au sein de l’ONU, encadre les nombreuses coopérations bilatérales que nous avons développées.

A travers les années, de nombreux accords bilatéraux ont précisé les domaines dans lesquels nous devions développer des partenariats structurants.

Je souligne à cet égard, sans être exhaustif, l’importance de nos coopérations dans les domaines nucléaires et aéronautiques, dans le spatial ou dans l’agro-alimentaire.

Elles s’étendent désormais, sur la décision de nos deux présidents, aux domaines linguistiques et culturels, à la recherche et à l’innovation - 7 secteurs prioritaires ont été déterminés - aux secteurs de la transition écologique, au tourisme, au domaine du sport ou de la gastronomie. C’est dire la richesse de nos échanges !

Et nous pouvons espérer que cette liste s’allongera encore à l’issue des visites croisées que pourraient effectuer les deux Présidents en 2019.

Nous avons atteint les 2.2 millions de touristes chinois en 2018 et nous espérons que cette tendance ne fera que progresser car la France est un pays aux différences régionales importantes et un seul voyage en France ne suffit pas à tout connaitre. Nous ferons tout pour les accueillir toujours mieux.

Et bien sûr, les touristes français sont de plus en plus nombreux à venir découvrir les beautés de la Chine.

Il y a aussi de plus en plus de Chinois qui s’installent en France, il semble que la communauté chinoise en France est la plus importante d’Europe, et ils y apportent souvent leur dynamisme entrepreneurial et crée des emplois.
Nous nous réjouissons de l’apport des investissements étrangers à notre économie, dès lors qu’ils contribuent à sa consolidation et qu’ils respectent notre cadre règlementaire.

Le rééquilibrage par le haut de nos échanges en matière de commerce et d’investissement est d’ailleurs une priorité déterminée par nos deux présidents et nous y travaillerons dans un grand esprit d’ouverture et de confiance, tout au long de l’année qui s’ouvre.

Mesdames et Messieurs, chers amis,

En 55 ans, nous avons réussi à surmonter beaucoup de nos différences, liées bien sûr à des réalités nationales bien distinctes, et ce rapprochement nous a été mutuellement bénéfique.
La dynamique de nos relations n’a cessé de croître depuis 1964 et nous espérons qu’elle continuera à le faire dans les années qui viennent.
C’est en tout cas à cela que nous travaillerons sans relâche.

Vive l’amitié et vive la coopération entre la France et la Chine !

JPEG
JPEG

Dernière modification : 24/01/2019

Haut de page