Café des sciences : Des nanomatériaux pour l’optique de demain ? [中文]

Descriptif : Un second Café des sciences aura lieu fin mars dans le cadre des festivités de la francophonie en Chine : Mme Virginie PONSINET nous parlera de la cape d’invisibilité !

La cape d’invisibilité existera sans doute un jour, soit par magie grâce à l’aide d’Harry Potter, soit grâce à la science et elle sera alors probablement constituée d’un tissu dans lequel seront assemblés, non pas des fibres textiles, mais des objets nanométriques, c’est-à-dire dont la taille est de quelques milliardièmes de mètre, réagissant d’une manière particulière à la lumière. De telles structures sont désignées par le terme "métamatériaux" et sont étudiées par de nombreux groupes de recherche. En fait, la cape d’invisibilité existe déjà pour certains types d’ondes, mais n’a pas encore été obtenue pour la partie visible du spectre électromagnétique, c’est-à-dire la lumière. Son secret est de dévier l’onde, qui contourne l’objet à masquer puis reprend son cours, comme un torrent après un rocher, en donnant l’impression de n’avoir pas été perturbée.

D’intéressantes propriétés optiques sont connues depuis longtemps dans certains matériaux structurés à très petite échelle par la nature (opale, nacre, carapace des scarabées) ou par les hommes (ainsi, le rouge intense ou le jaune des vitraux anciens sont dus à des inclusions de nanoparticules métalliques). Mais les progrès récents de plusieurs disciplines scientifiques proches (théorie électromagnétique, nanofabrication, chimie, physico-chimie, optique) permettent aujourd’hui d’espérer franchir des étapes cruciales vers des propriétés extraordinaires, dont les applications dans les dispositifs optiques seront nombreuses. Ces travaux ont pour objectif de fabriquer de tels matériaux nanostructurés aux propriétés optiques contrôlées.

Tissage de résonateurs permettant de dévier les ondes électromagnétiques. - JPEG

Mme Virginie PONSINET a étudié la physique et la chimie à Paris. En 1991, elle a rejoint le laboratoire du Pr P.G. de Gennes au Collège de France pour y effectuer une thèse sur l’étude des fluides complexes. Elle a ensuite passé un an de séjour post-doctoral au Technion de Haïfa, en Israël, où elle a appris une technique de microscopie électronique appliquée aux liquides nanostructurés.

Elle a été recrutée au CNRS en 1995, dans le Laboratoire de physique de la matière condensée du Collège de France, où elle a étudié les propriétés de composites nanostructurés. De 1999 à 2003, elle a travaillé au Complex Fluids Laboratory, un laboratoire mixte entre le CNRS et la compagnie chimique Rhodia, situé à coté de Princeton où elle a étudié les copolymères amphiphiles.

Elle travaille depuis 2004 au Centre de recherche Paul Pascal, à Bordeaux, où elle étudie des matériaux composites à base de co-polymères et leur application pour de nouveaux matériaux pour l’optique. Elle est depuis septembre 2012 dans le Thermodynamic Group du State Key Laboratory of Chemical Engineering de l’Université des sciences et technologies de la Chine de l’Est (ECUST).

Cette conférence en français, proposée par le Service pour la science et la technologie du Consulat général de France ainsi que par l’Alliance française de Shanghai, est gratuite et ouverte à tous.

Dernière modification : 14/06/2013

Haut de page