Allocution du Premier ministre à l’Université de Wuhan

Discours prononcé par le Premier ministre à l’occasion de sa visite en Chine, le 7 décembre 2013.

Seul le prononcé fait foi.

M. le Gouverneur de la Province du Hubei,

M. le Maire de Wuhan,

M. le Président de l’Université,

Mmes et MM. les Doyens des facultés,

Mmes et MM. les Professeurs,

Chères étudiantes, chers étudiants,

Je suis très heureux de pouvoir aujourd’hui échanger avec vous, dans l’architecture imposante de l’ancienne Bibliothèque de l’Université de Wuhan.

Vous avez reçu récemment, à WuDa, un des témoins de la richesse culturelle de la France en la personne de Jean-Marie Gustave LE CLEZIO, prix Nobel de littérature 2008. Il est un de ces Français qui portent témoignage de ce qui fait l’identité française aujourd’hui. Et l’accueil que vous lui avez réservé souligne l’intérêt que la Chine, Wuhan et tout particulièrement son université portent à la culture et la littérature françaises. Cette culture française s’exprime aussi dans le cinéma, la musique, la danse, le théâtre et bien sûr l’art culinaire pour lequel les Français et les Chinois partagent un appétit commun.

La créativité française qui s’exprime depuis des siècles dans la richesse de sa culture s’exprime également avec la même vivacité dans le domaine des idées, de la scienceou de la technologie. La France a accompagné ou même initié les grandes révolutions industrielles qui ont façonné le monde d’aujourd’hui et elle joue un rôle de premier planpour imaginer le monde de demain.

La France est la cinquième puissance économique mondiale. Les entreprises françaises sont en pointe au niveau mondial dans les secteurs de la construction et des travaux publics, des transports, de l’automobile, des cosmétiques, de l’agroalimentaire, mais aussi de l’aéronautique, de l’espace, de la pharmacie, de l’énergie ou encore des services aux collectivités, de l’assurance ou de la banque…. Ces compétencesne se sont pas construites en un jour. Ellessont le fruit d’un héritage, d’une culture scientifique, technologique et entrepreneuriale faite d’inventions et d’innovations. Une culture qui associe la performance économique au respect de l’environnement, qui place l’homme au cœur du développement, qui réunit en un art de vivre ensemble, un esprit de solidarité, un soucis de cohésion sociale que l’on peut définir comme un modèle de développement économique et social durable.

Ce modèle, nous souhaitons le partager avec nos partenaires chinois. Avant tout avec la ville de Wuhan : nous menons ici avec la municipalité le projet d’une ville durable franco-chinoise, développé par Mme Martine AUBRY, représentante spéciale du ministre des Affaires Etrangères français pour la relation avec la Chine. L’Aquitaine, partenaire de la province du Hubei, qui participe à ce projet, en sera un des précurseurs, en contribuant à la construction d’un éco-quartier pilote intelligent et durable. Cette coopération qui impliquera de grandes entreprises françaises et chinoises, portera sur l’optimisation et l’innovation dans les transports urbains mais aussi sur la gestion et le traitement de l’eau et des déchets ou l’efficacité énergétique des bâtiments. En parallèle, la réhabilitation des quartiers existants permettra un renouvellement urbain et une mise en valeur du patrimoine architectural de Wuhan.

La France c’est aussi l’excellence scientifique et technologique. La France est en quatrième position pour le nombre de grands prix scientifiques, comme le prix Nobel, ou la médaille Fields. Pour les médailles Fields en particulier, la plus haute récompense mondiale dans le domaine des mathématiques, la Francese situe même en deuxième position. Cette qualité de la recherche scientifique française donne une vitalité particulière à l’innovation française et je relève qu’il y a moins de deux mois,le cabinet Thomson Reuters plaçait la France en troisième position dans sa liste des pays les plus innovants. Dans le domaine de la recherche en sciences sociales, la France occupe la seconde position en Europe et la troisième dans le monde en matière de productions scientifiques.

A Wuhan, ce sont d’abord nos scientifiques, nos ingénieurs, nos industriels qui ont tissé les liens les plus forts. La ville de Wuhan a accueilli avec générosité depuis plus de vingt ans plus de 70 entreprises françaises. Elle a aussi été un des moteurs des échanges universitaires avec la France. Et c’est certainement la reconnaissance de l’excellence française qui a conduit au développement de si nombreuses coopérations universitaires et scientifiques. Au début des années 1980, c’est l’université de Wuhan qui a été l’initiatrice de ces coopérations en créant la classe de mathématiques franco-chinoise de Wuhan1 dirigée par le Professeur YU Jia-Rong. Cette coopération prévoyait la préparation et l’accueil en France, de jeunes chercheurs et enseignants de 1’université de Wuhan et la mise en place d’une filière d’enseignement basée sur les programmes et méthodes de 1’enseignement supérieur français. Ces étudiants, devenus à leur tour professeurs, enseignent aujourd’hui les mathématiques en Chine mais aussi dans d’autres pays tels que la France.

Ainsi, l’université de Wuhan entretient avec la France des relations privilégiées depuis plus de trente ans. Aujourd’hui, de nombreux départements coopèrent avec des universités et des grandes écoles françaises. Parmi ces partenaires, nous retrouvons l’Université Paris-Sud qui dans les années 1980 était l’un des cofondateurs de la classe franco-chinoise de mathématiques, l’université de Lille pour des échanges d’étudiants en pharmacie ou en droit, celle de Lyon pour la physique, ou les universités de Paris, Bordeaux et Clermont Ferrand pour des échanges d’étudiants et des coopérations scientifiques dans les domaines de la littérature française et de la didactique des langues. Dans le secteur médical, la Faculté de médecine de l’Université de Lorraine et le Centre Hospitalo-Universitaire de Nancy développent depuis 1997 des collaborations pédagogiques et de recherche avec le Collège Médical et l’hôpital Zhongnan. Depuis 2000, une filière de formation médicale en français d’étudiants en médecine chinois fait intervenir des professeurs de médecine français. Plus de 200 médecins francophones ont ainsi été formés dans cette coopération exemplaire qui associe l’apprentissage de la langue française, des échanges d’étudiants et le recherche scientifique médicale. Depuis 2009, un laboratoire franco-chinois associant le CHU de Nancy, le département de bio-ingénierie de la faculté médicale de Wuhan et de l’hôpital Zhongnan conduit des recherches dans le domaine de l’ingénierie cellulaire et tissulaire et de ses applications en médecine régénérative.

L’université de Wuhan accueille également depuis l’année 2000, l’Alliance française de Wuhan. L’Alliance française de Wuhan forme chaque année des centaines d’étudiants chinois candidats à un parcours universitaire en France ou dans un pays francophone. Le français est la 5ème langue la plus parlée dans le monde et la seule langue, avec l’anglais, à l’être sur les cinq continents. Si on compte aujourd’hui plus de 220 millions de francophones, ils seront probablement beaucoup plus nombreux dans quelques décennies en raison notamment du dynamisme économique et démographique du continent africain. Plus que l’étude d’une langue étrangère, l’apprentissage du français, langue d’avenir tournée vers le monde, constitue donc un atout pour celles et ceux qui envisagent des échanges avec cette région du globe. C’est aussi un important facteur d’insertion professionnelle dans les nombreuses entreprises françaises présentes en Chine et tout particulièrement à Wuhan. Enfin, l’accroissement de l’apprentissage du français dans l’enseignement secondaire et supérieur chinois, et parallèlement celui de l’apprentissage du chinois en France, permet d’envisager une intensification des échanges économiques, culturels, universitaires et scientifiques entre nos deux pays.

Mesdames et Messieurs les Professeurs,

Vous formez aujourd’hui des décideurs économiques, des intellectuels, des chercheurs pour la Chine de demain. La France est heureuse de contribuer à ce travail essentiel. Dans un contexte de forte internationalisation des universités chinoises et de concurrence accrue, la France est le 6ème pays d’accueil d’étudiants chinois. Les étudiants chinois représentent la 2ème communauté étudiante en France.

Les partenariats nombreux de WuDa avec des universités françaises contribuent à ce résultat. Ils prennent la forme traditionnelle de doubles diplômes ou de programmes bilatéraux ou, de façon plus novatrice, développent des structures conjointes franco-chinoises pour répondre au nouveau défi d’internationalisation de l’enseignement et de la recherche universitaire. Ces structures conjointes franco-chinoises de coopération universitaire associent un établissement ou un consortium d’établissements français avec un ou des établissements chinois. Un excellent exemple de ces nouvelles formes de coopération universitaire nous est donné par l’Institut Franco-Chinois en Management et Ingénierie qui associe le Conservatoire National des Arts et Métiers et l’Ecole Internationale de Programmation Informatique de l’Université de Wuhan. Au regard de leur excellente position en recherche en sciences humaines et sociales, les établissements d’enseignement supérieur français ont un rôle déterminant à jouer avec leurs homologues chinois en matière de coopération universitaire et scientifique.

Wuhan, pôle privilégié de mobilité étudiante vers la France, est le partenaire idéal pour cette coopération. Wuhan dispose d’atouts majeurs en termes d’éducation et de recherche scientifique. Une population étudiante de plus d’un million d’étudiants sur une population totale de dix millions d’habitants, la présence de 70 universités et établissements d’enseignement supérieur la placent au 3ème rang des villes universitaires de Chine. L’université de Wuhan, classée parmi les 10 meilleures universités chinoises, joue un rôle moteur dans le développement des coopérations universitaires franco-chinoises en Chine. Les divers jumelages entre les villes de Wuhan et Bordeaux et le département de l’Essonne et la ville de Wuhan, ou entre la province du Hubei et les régions de Lorraine et d’Aquitaine participent activement au développement des partenariats éducatif et universitaires.

2014 marquera le 50ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques bilatérales entre la République Populaire de Chine et la France.. Nous serons heureux de fêter cet anniversaire. Mais nous souhaitons surtout écrire ensemble de nouveaux chapitres de coopération. Nous souhaitons donc donner à cette célébration tout l’enthousiasme d’un projet. Aujourd’hui, nous poursuivons deux objectifs : un objectif quantitatif avec un accroissement du nombre d’étudiants chinois à l’horizon 2015 pour atteindre 50 000 étudiants chinois en France et 10 000 étudiants français en Chine, contre respectivement 35 000 et 8 000 aujourd’hui, et un objectif qualitatif en favorisant les coopérations au niveau du master et du doctorat dans le cadre de partenariats universitaires.

L’an prochain, des évènements culturels, scientifiques, économiques célébreront cet anniversaire tant en Chine qu’en France. Wuhan « ville la plus francophile de Chine » donnera, j’en suis convaincu, le plus grand éclat à ces fêtes, pour faire rayonner toujours plus la langue et la culture françaises. Ces événements permettront aux jeunes Chinois de mieux connaître et apprécier notre pays.

WuDa, qui vient, elle, de fêter ses 120 années d’existence, sera, j’en suis heureux, au cœur de ces festivités.

M. le Président,

Votre université joue aujourd’hui un rôle majeur dans la coopération universitaire et scientifique entre la France et la Chine ; elle contribue à créer des liens entre les étudiants de nos deux pays. Des liens qui, comme ceux tissés il y a près de 50 ans, permettent à nos deux pays de mieux se connaitre et de mieux se comprendre pour envisager en confiance les défis présents et futurs.

Dernière modification : 02/07/2014

Haut de page