8 mars : inauguration de la salle Hélène Hoppenot [中文]

" J’ai le plus grand désir d’aller jusqu’au bout du monde mais non de m’arrêter en chemin ". Helène Hoppenot, 12 septembre 1926

JPEG - 81.3 ko
Santiago du Chili, Portrait d’Hélène Hoppenot dessinée par Sarita de Backhaus, dite Sara Maria, 1923-1924, archives du ministère de l’Europe et des affaires étrangères

Hélène Delacour n’a que 23 ans quand elle débarque à Rio de Janeiro en février 1918 où son mari Henri Hoppenot, diplomate, vient d’être affecté. L’ambassadeur a pour nom…Paul Claudel.

JPEG - 26.4 ko
Brésil, Hélène Hoppenot posant pour Paul Claudel dans l’atelier de photographie de Perrin, 19 juillet 2018, archives du ministère de l’Europe et des affaires étrangères

Femme moderne, femme de lettres, elle parcourra le monde, rencontrera parmi les grands noms littéraires de son siècle, nouant des amitiés profondes avec nombre d’entre eux, Paul Claudel bien sûr, mais également les Milhaud, Saint John Perse, Cendrars, Malraux, Gary…Observatrice perspicace de son temps, chroniqueuses des mœurs bureaucratiques du Quai d’Orsay, mémorialiste d’un monde d’hier dont on ne cesse de redécouvrir la brûlante actualité, elle n’a suspendu la rédaction de son Journal de 8000 pages que pour un seul de ses chapitres : celui de son séjour en Chine.

Ce moment fut pour elle « le changement de vie, le choc de sensations neuves ». Son journal, ce furent alors ses centaines photographies qui nous racontent mieux que les mots cette Chine qui l’a tant marquée et qu’elle n’aura jamais complètement réussi à quitter : « Dans ce pays tant aimé, j’aurais volontiers envisagé de demeurer jusqu’à la mort ».

JPEG - 65.4 ko
Hélène Hoppenot avec Maryse Hilsz, pionnière de l’aviation, aux tombeaux Ming à Nankin, archives du ministère de l’Europe et des affaires étrangères
JPEG - 45.7 ko
Trois générations de femmes chinoises devant l’entrée d’une maison – Hélène Hoppenot, 1933-1937, archives du ministère de l’Europe et des affaires étrangères
JPEG - 65.2 ko
Deux jonques sur le fleuve Yang Tsé, Hélène Hoppenot, 1933-1937, archives du ministère de l’Europe et des affaires étrangères
JPEG - 74.4 ko
Environs de Pékin, colline de l’Ouest, Hélène Hoppenot et sa fille Violaine assises et une dame allongée sur un kang, 1933-1937, archives du ministère de l’Europe et des affaires étrangères

A l’occasion du 8 mars 2019 nous baptisons une salle à son nom, en hommage à cette femme libre qui nous rappelle que la diplomatie est d’abord la vie des femmes et des hommes qui en écrivent l’histoire, mais également en hommage à toutes celles - et ceux- qui font le choix et le sacrifice de partager « jusqu’au bout du monde » le voyage des diplomates.

Axel Cruau, Consul général de France à Shanghai, le 8 mars

JPEG

Dernière modification : 16/09/2019

Haut de page