8 mars | Table-ronde à l’ambassade [中文]

A l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, l’ambassade de France à Pékin a organisé une table-ronde autour de six parcours de femmes, chinoises et françaises, qui ont pu partager leurs expériences dans des domaines divers, des arts aux sciences, en passant par la magistrature.

PNG
Trois intervenantes françaises – Mme Françoise Combes, astrophysicienne ; Mme Marie-Laure Piazza, première présidente de la Cour d’appel de Cayenne et Mme Sophie Chauveau, écrivaine et journaliste – ainsi que trois intervenantes chinoises – Mme XIAO Ge, cofondatrice et directrice artistique du média Phoenix Art ; Mme LI Shaohong, réalisatrice et productrice et Mme LI Mingyi, secrétaire générale adjointe du Réseau d’action des jeunes chinois pour le climat – ont décrit leurs parcours personnels, les difficultés auxquelles elles ont pu être confrontées, ainsi que leur perceptions de la réalité sur l’égalité femmes-hommes à travers des perspectives comparées entre la France et la Chine.
JPEG
Au fil de leurs interventions et en réponse aux questions du public venu nombreux, elles ont mis l’accent sur les obstacles socioculturels qui ont longtemps constitué des barrières pour un plus grand investissement des femmes dans certains secteurs, comme les disciplines scientifiques, ou dans le domaine artistique et culturel. Si, selon elles, certains progrès ont pu être observés au fil des décennies pour parvenir à une meilleure participation des femmes dans les postes à haute responsabilité, elles ont également témoigné du chemin qui reste à parcourir pour parvenir à une véritable égalité femmes-hommes.

Discours de bienvenue par l’Ambassadeur

JPEG
Mesdames et Messieurs,

C’est avec grand plaisir que nous vous accueillons aujourd’hui, 8 mars, à l’ambassade de France, pour marquer la journée internationale des droits des femmes.

Au plan national, le Président de la République, M. Emmanuel Macron, a fait de l’égalité femmes-hommes la grande cause de son quinquennat. La France est ainsi le troisième pays au monde à avoir adopté une « diplomatie féministe ».

Sa Stratégie internationale pour l’égalité entre les femmes et les hommes (2018-2022) entend ainsi soutenir l’émancipation des femmes, en luttant contre les violences sexistes et sexuelles et en militant pour l’égalité professionnelle et l’éducation des filles.

A mi-parcours de cette stratégie, outre notre contribution à ONU-Femmes, des moyens substantiels ont déjà été engagés :

- 97 millions d’euros ont été consacrés à la protection des droits sexuels et reproductifs en 2019 ;
- 320 millions d’euros ont servi à financer des projets dédiés à la lutte contre les inégalités femmes-hommes dans les pays du Sud.

La France a également lancé en 2019 un Fonds de soutien aux organisations féministes, qui consacrera 120 millions d’euros sur trois ans aux organisations féministes des pays éligibles à l’aide publique au développement.

Elle s’est également engagée à ce que d’ici 2022, 50% de son aide publique au développement soit affectée à des projets ayant pour objectif l’égalité femmes-hommes.

Mesdames et Messieurs,

Selon les Nations Unies, 2,7 milliards de femmes n’ont pas encore accès au même choix que les hommes en matière d’emploi ; et en 2019, moins de 25% des parlementaires étaient des femmes.
Plus généralement, les femmes et les filles sont souvent davantage touchées que les hommes par la pauvreté, les conflits et le changement climatique. Elles font face à des discriminations dans tous les domaines et dans tous les pays. et une femme sur trois fait toujours l’expérience d’une violence fondée sur le genre.

Cet état de fait est inacceptable et la promotion de l’égalité femmes-hommes et de la place des femmes dans la société doit être l’affaire de tous.

C’est pourquoi nous devons mener partout, et en tout temps, le combat de l’égalité entre les femmes et les hommes, en lien avec tous les acteurs concernés et en particulier les femmes.

Aujourd’hui, nous avons ainsi l’honneur d’accueillir Madame Françoise Combes, astrophysicienne récompensée par la médaille d’or du CNRS en 2020 ; Madame Marie-Laure Piazza, première présidente de la cour d’appel de Cayenne ; Madame Sophie Chauveau, écrivain et journaliste ; Madame XIAO Ge, co-fondatrice et directrice artistique du média Phoenix Art ; Madame LI Shaohong, réalisatrice et productrice. Enfin, LU Mingyi, secrétaire générale adjointe du Réseau d’action des jeunes chinois pour le climat (Chinese Youth Climate Action Network).

L’ensemble de ces interventions sera modéré par Mme LI Hua, avocate au Barreau de Paris et ancienne élève de l’ENA.

Je les remercie toutes sincèrement d’avoir accepté notre invitation à partager avec nous leur parcours inspirant, leur expérience, leurs difficultés mais également le chemin parcouru.

Mesdames et Messieurs,

Avant de conclure, permettez-moi de rappeler que cette année, la France organisera, conjointement avec le Mexique et ONU Femmes, le Forum Génération Egalité, principale conférence sur l’égalité entre les femmes et les hommes, depuis l’adoption de la Déclaration et du Programme d’action de Pékin en 1995. Le Président de la République dévoilera la date du Forum aujourd’hui à Paris.

Cet événement sera l’occasion de mobiliser les Etats, le secteur privé et la société civile autour d’engagements pour éliminer les inégalités, en particulier en matière de protection des droits sexuels et reproductifs ; d’éducation des filles ; de la place des femmes dans le secteur de la santé ou encore d’égalité dans le sport.

Nous souhaitons faire de cet événement une nouvelle étape vers l’égalité réelle entre les femmes et les hommes et comptons sur des engagements concrets de tous les acteurs.

Merci une nouvelle fois à nos intervenantes d’avoir accepté notre invitation. Je vous souhaite à tous, des échanges fructueux.
Je vous remercie.

Voir aussi :
8 mars | Interventions publiques françaises
8 mars | La diplomatie féministe de la France en action

Dernière modification : 09/03/2021

Haut de page