60 chercheurs français à Shanghai [中文]

Le service de coopération universitaire et le service pour la science et la technologie de l’ambassade de France en Chine ont réuni à Shanghai, les 3 et 4 décembre 2018, une soixantaine de chercheurs français en poste en Chine. Les conseillers adjoints et attachés des deux services ont animé deux sessions réunissant en parallèles les chercheurs en sciences exactes et les chercheurs en sciences humaines et sociales.

Les chercheurs ont présenté à leurs pairs leur parcours, les conditions d’accueil et de travail, les moyens mis à leur disposition, l’état des coopérations engagées ainsi que les difficultés auxquels ils étaient confrontés dans le cadre de leur travail en Chine. La session dédiée aux sciences humaines s’est articulée autour des perspectives de la recherche en sciences humaines et sociales et de l’intégration des chercheurs dans les universités en Chine. La session consacrée aux sciences exactes a abordé les moyens de la recherche en Chine et les conditions de travail dans les laboratoires de recherche. Les témoignages et réactions se sont accordés sur le niveau satisfaisant des recherches menées en Chine. Malgré la barrière de la langue et une administration parfois lourde, peu de mains se levèrent quand la question d’un départ de Chine pour raisons professionnelles fut posée en clôture de la session dédiée aux sciences exacte. Ce dernier élément témoigne de l’environnement favorable et porteur que constitue la Chine dans la recherche en sciences exactes. Le bilan est également positif en sciences humaines où la maîtrise de la langue chinoise semble être un prérequis, plus qu’en sciences exactes, notamment pour l’accès aux ressources documentaires.

JPEG - 353.1 ko
Échanges lors de la session dédiée aux sciences humaines

La session plénière a été consacrée à une série de présentations et d’échanges avec l’auditoire.
Monsieur Cédric GUILLERME, conseiller scientifique adjoint, est revenu sur les différents programmes de financement pour la mobilité et la recherche. Ensuite, lors d’une table ronde, Monsieur Jean-Michel ROY, coordinateur français du programme doctoral PROSFER (ENS françaises et Université Normale de Chine de l’Est) a fait part de sa perception de la transversalité et de la valorisation de la recherche en Chine. Monsieur Jean-François PINTON, président de l’Ecole normale supérieure de Lyon, et Madame Marie-Pierre COMETS, nouvellement missionnée par le CNRS afin de dresser un état des lieux de la recherche et de l’innovation en Chine, ont pu apporter deux visions extérieures en soulignant le dynamisme de la jeunesse, la transdisciplinarité de l’enseignement supérieur et de la recherche, ainsi que le potentiel latent d’innovation observés en Chine. Ce dynamisme scientifique chinois offre de belles perspectives pour la recherche française et européenne. Puis, le directeur du bureau du CNRS en Chine, Monsieur Antoine MYNARD, a dressé un bilan de l’activité du CNRS en Chine. Il en a présenté quelques actions emblématiques comme l’implication du CNRS dans la coopération spatiale avec le lancement du satellite CFOSAT et la création de l’unité mixte de recherche E2P2L en partenariat avec le CNRS et Solvay. Enfin, les attachés des services universitaire et scientifique du consulat général de France à Shanghai ont présenté l’accord SAFEA. Cet accord réciproque entre nos deux pays est relatif à la reconnaissance des chercheurs en contrat local ou en détachements vis-à-vis des autorités. La session s’est terminée par un échange au sujet de la pratique de la recherche en Chine.

JPEG - 458 ko
Table ronde lors de la session plénière

Les objectifs de cette réunion étaient de dresser un bilan de la situation des chercheurs français en Chine, informer et répondre aux interrogations des chercheurs, mais aussi de leur permettre de se rencontrer, d’échanger, et de fédérer le réseau de la recherche française en Chine.

Dernière modification : 20/02/2019

Haut de page