Deuxième workshop franco-chinois sur l’astrométrie à Kunming [中文]

Le deuxième workshop franco-chinois sur l’astrométrie s’est tenu les 19 et 20 novembre derniers à Kunming à la suite de la seconde école d’astrométrie en Chine.

Ce workshop, co-organisé par l’Union Astronomique Internationale (IAU), l’Académie des Sciences Chinoise (observatoire astronomique de Shanghai, observatoire astronomique du Yunnan, le National Time Service Center), l’Université Jinan, l’Observatoire de Paris (Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides) et l’Ambassade de France, est dédié aux collaborations franco-chinoises concernant les activités actuelles et futures dans le domaine de l’astrométrie.

Les discussions ont notamment porté sur GAIA, télescope astrométrique et photométrique, qui sera placé au point de Lagrange L2 de la Terre et observera un milliard d’étoiles (jusqu’à la magnitude 20). GAIA fera faire un grand saut à la connaissance des astéroïdes : outre la détection de plus de 800 000 nouveaux corps, les orbites de tous les corps du système solaire seront parfaitement connues et les prévisions d’une éventuelle collision avec la Terre prévisibles sur un siècle. Ce télescope permettra une amélioration considérable de l’exactitude des mesures. Une avancée fondamentale sera franchie en astrométrie et de nouveaux défis se présenteront dans ce domaine, tant dans l’observation depuis l’espace et ses interprétations que pour l’observation depuis la Terre. Actuellement, les astronomes travaillent à la réparation de cette importante mission mais ils doivent réfléchir à une vision à long terme qui assurera les effectifs nécessaires pour la recherche et l’analyse de la très grande quantité de données qui seront fournies.

Le développement des réseaux d’observation, l’apparition des nouvelles générations de télescopes et les prochaines missions dans l’espace vont mener à l’augmentation des données avec des mesures astrométriques de grande valeur. C’est pourquoi, les étudiants et jeunes chercheurs doivent être encouragés à venir renforcer la communauté d’astronomes actuelle.

Dans le contexte international, une telle école franco-chinoise sur l’étude du système solaire et la mécanique céleste peut être un moyen intéressant d’encourager les jeunes étudiants vers cette spécialisation.

JPEG

Ainsi, cette école d’automne pour les PhD et les post-doctorants et ce workshop ont été organisés à Kunming, en présence notamment du Professeur Daniel HESTROFFER, directeur de l’IMCCE (Institut de Mécanique Céleste et de Calcul des Ephémérides), Professeur Alain VIENNE, directeur de l’observatoire de Lille 1, Professeur William THUILLOT, IMCCE, Josselin DESMARS, du Professeur PENG Qingyu du département des sciences informatique de l’université Jinan et du Professeur TANG Zhenghong, de l’observatoire astronomique de Shanghai. La première école franco-chinoise de printemps sur l’astrométrie s’était tenue en 2008 à Beijing.

Dernière modification : 04/12/2012

Haut de page