2019 V.I.E : « Un prix qui peut changer une vie » [中文]

Jeudi 30 mai, à la Résidence de France à Shanghai, le Grand Prix V.I.E Chine 2019 a été remis par M. Jean-Maurice Ripert, Ambassadeur de France en Chine, le Prix de l’Intégration remis par M. Christophe Lauras, Président de la CCI France Chine et enfin le prix de l’Innovation par M. Guillaume Bernard, Président du Comité Chine des Conseillers du Commerce Extérieur de la France.

JPEG De gauche à droite : Anne-Sophie Gauvin, lauréate du prix de l’intégration, Quentin Delmas, lauréat du grand prix V.I.E. et Damien Tran, lauréat du prix de l’innovation.

Jeudi 30 mai, à la Résidence de France à Shanghai, le Grand Prix V.I.E Chine 2019 a été remis par M. Jean-Maurice Ripert, Ambassadeur de France en Chine, le Prix de l’Intégration remis par M. Christophe Lauras, Président de la CCI France Chine et enfin le prix de l’Innovation par M. Guillaume Bernard, Président du Comité Chine des Conseillers du Commerce Extérieur de la France.

Qu’est-ce que le V.I.E ?

Le Volontariat International en Entreprise donne l’opportunité à un jeune d’effectuer une mission au sein d’une entreprise française à l’étranger, pour occuper un emploi d’ordre commercial, technique, scientifique, etc. Il y a aujourd’hui 10.574 français V.I.E dans le monde, dont 285 en Chine. Selon les mots de Monsieur Ripert, le V.I.E « contribue au développement de l’influence française et au rayonnement de nos entreprises ». Au-delà d’une augmentation du chiffre d’affaires pour 73% des entreprises ayant eu recours au V.I.E, ce dernier aide également les jeunes à trouver leur voie. En effet, 9 volontaires sur 10 sont directement employés après leur V.I.E. En somme, le V.I.E contribue à placer sur le devant de la scène internationale les entreprises, l’économie et la jeunesse française.

JPEG Son excellence l’Ambassadeur de France en Chine, Monsieur Jean-Maurice Ripert, avec à sa droite le Consul Général de France à Shanghai, Monsieur Axel Cruau.

JPEG Les trois trophées du Grand Prix V.I.E Chine 2019.

Lors de la soirée du 30 mai, trois prix ont été remis :

1. Le prix de l’intégration, remporté par Mme Anne Sophie Gauvin, récompense la façon dont le volontaire s’est approprié sa mission au sein de l’entreprise et dans le pays en apprenant le chinois par exemple.

2. Le prix de l’innovation, remporté par M. Damien Tran, met en valeur la contribution du volontaire à la création d’une innovation, c’est-à-dire à tout ce qui n’existait pas avant son arrivée, dans l’entreprise.

3. Et enfin, le grand prix V.I.E, remporté par M. Quentin Delmas, récompense le meilleur dossier toutes catégories et critères confondus.

Le service de presse du Consulat général de France à Shanghai a échangé avec les lauréats sur leurs impressions et leurs parcours.

JPEG

Anne Sophie Gauvin, lauréate du prix de l’intégration, a rejoint l’entreprise Pramex International il y a un an et demi. Elle a également activement soutenu l’association des Jeunes Entrepreneurs Francophones (JEF) en y tenant la présidence. Mais son aventure avec la Chine remonte à bien plus tôt. Elle a en effet fait ses débuts en 2012 en tant que stagiaire dans un cabinet d’avocat avant d’intégrer le groupe Pramex International.

Du fait de ses origines chinoises et du dynamisme du marché chinois, Damien Tran décide de rejoindre Sanofi en janvier 2018 après 2 ans en cabinet de conseil. Sa forte exposition et sa capacité à mener des projets à la fois innovants et stratégiques (comme l’établissement du 3ème centre R&D à Chengdu) ont convaincu le jury de lui remettre le prix de l’innovation. Outre l’ouverture professionnelle, son expérience lui a également apporté une ouverture culturelle par la maitrise des langues (anglais, mandarin et cantonais) et sociale avec les amitiés nouées (à travers le karaoke et le badminton !).

Enfin, Quentin Delmas, lauréat du grand prix V.I.E, a travaillé pendant deux ans pour le groupe Suez dans le Jiangsu, dans le traitement et l’incinération de déchets industriels. C’est dans le cadre de son double diplôme avec l’université de Tsinghua à Pékin qu’il connut une première expérience en Chine. Après son diplôme de l’école des mines de Paris et une expérience de deux ans en France, son aventure de V.I.E a commencé à Nantong. S’il devait résumer son expérience en un mot, cela serait la persévérance. C’est ce qui est nécessaire, dit-il, lorsque « 97% des collègues de travail ne sont pas français. Les débuts furent difficiles puisque je devais gribouiller sur un carnet des dessins afin de me faire comprendre. Chaque soir, je consacrais quelques heures à l’apprentissage du chinois afin de mieux m’intégrer au travail ». Ses efforts ont aujourd’hui payé puisqu’il travaille à 90% en mandarin et entretient une très bonne relation avec ses collègues. Pour Quentin, la V.I.E c’est surtout « beaucoup de patience et d’écoute, des qualités primordiales dans un pays étranger (…) si une bonne partie de nos missions requiert de la technique, une plus grande partie relève des relations humaines. »

Remerciements aux partenaires, le Comité Chine des Conseillers du Commerce Extérieur de la France et la Chambre de Commerce et d’Industrie France Chine et aux sponsors, les entreprises Engie, Mazars, Safran, Pernod Ricard ainsi qu’à titre individuel Mme Marylise Hébrard et M. Bruno Mercier.

JPEG

JPEG

Dernière modification : 10/06/2019

Haut de page