2019 : Année franco-chinoise de l’environnement

L’Année franco-chinoise de l’environnement sous le signe de la « civilisation écologique ».

JPEG

Avec volontarisme, la Chine intègre dans ses politiques de développement une préoccupation forte pour la préservation de l’environnement et la mise en valeur de ses ressources de biodiversité. L’Année franco-chinoise de l’environnement illustre cette dynamique.

Le 19 novembre 2018, le ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy et son homologue chinois Li Ganjie inauguraient à Pékin l’Année franco-chinoise de l’environnement. Une initiative lancée par les présidents des deux pays lors de la visite d’État d’Emmanuel Macron en Chine en janvier 2018. Elle succède aux Mois franco-chinois de l’environnement organisés déjà depuis cinq ans par l’Ambassade de France.

La perspective de la COP15 de la Convention de la diversité biologique (CBD), qui se tiendra à Pékin en 2020, conduit notamment à enrichir cet agenda.

Une demande d’innovation et d’appui

L’écologie, la lutte contre la pollution et le dérèglement climatique, la préservation de la biodiversité, sont aujourd’hui des sujets de préoccupation centraux pour les autorités chinoises. Créer les conditions d’une “civilisation écologique” est un mot d’ordre du président Xi Jinping. La Chine est ainsi devenue en 2016 le premier producteur mondial d’énergie renouvelable (selon l’Agence internationale de l’énergie). En 2017, elle a annoncé qu’elle porterait à 360 milliards de dollars ses investissements dans les énergies renouvelables d’ici à 2020.

JPEG

Dernière modification : 08/07/2019

Haut de page