2013 : année de la coopération dans le domaine de l’eau [中文]

Chaque année, les Nations unies définissent un thème scientifique, mis en valeur par différentes manifestations destinées aussi bien au grand public qu’aux spécialistes. Après la chimie en 2011 et l’énergie durable pour tous en 2012, le monde célèbrera la coopération dans le domaine de l’eau en 2013.

JPEG

2013 : année internationale de la coopération dans le domaine de l’eau

Dans le cadre de l’Année internationale 2013 de la « coopération dans le domaine de l’eau » proclamée par les Nations Unies, des manifestations destinées aussi bien au grand public qu’aux spécialistes seront organisées à travers le monde, pour sensibiliser aux défis que représente la gestion de l’eau (accroissement de la demande d’accès, répartition des ressources et des services d’approvisionnement, etc.) et à l’importance de développer des coopérations dans ce domaine. Par exemple, en septembre 2013, l’association internationale d’ingénierie et de recherche pour l’hydro-environnement organisera à Chengdu son 35ème colloque international (http://www.iahr2013.org), et le Consulat général de France à Shanghai soutiendra l’organisation d’un colloque franco-chinois en sciences hydrauliques à Shanghai.

Avec près de 20% de la population mondiale mais seulement 5% des réserves mondiales d’eau douce, la Chine voit dans cette question l’un de ses principaux défis du siècle à venir. La ville de Shanghai, située dans l’embouchure du Yangtze, est le plus grand port et la plus importante zone économique de Chine. C’est aussi une province riche en ressources en eau. Traversée par le Huangpu, la municipalité de Shanghai ne manque pas d’eau mais d’eau potable. Avec une population de plus de 20 millions d’habitants, les défis de la distribution de l’eau et du retraitement des eaux usées sont colossaux.

La coopération franco-chinoise dans le domaine de l’utilisation durable de l’eau à Shanghai

Depuis 1997, La France et la Chine coopèrent sur plusieurs projets de recherche dans le domaine de l’eau et de son utilisation durable. A Shanghai, cette coopération est très active, historiquement, à travers les programmes de recherches avancées (PRA), le programme de recherche en réseau (P2R), et aujourd’hui des financements de l’Agence nationale pour la recherche (ANR) et du Ministère des sciences et technologies de Chine (MOST).

Les programmes de recherches avancées (PRA)

Les PRA ont été créés en 1991 par la Commission mixte scientifique et technique franco-chinoise, pour permettre le développement de relations entre les chercheurs de deux laboratoires, français et chinois, autour d’un projet bilatéral de recherche.

La coopération dans le domaine de l’eau à Shanghai s’est d’abord construite autour de trois PRA :
- traitement des eaux par lagunage à haut rendement algal (Université Montpellier I–Université de Tongji),
- transfert de technologie et connaissance relatives au traitement des déchets liquides et solides avec les lombriciens (INRA–Université de Tongji),
- élimination de l’azote et du phosphore de sources diffuses par filtres plantés de roseaux (Université Montpellier I–Université de Tongji).

L’université de Tongji est un partenaire privilégié de telles coopérations car elle bénéficie d’un soutien du Programme des Nations unies pour l’environnement (UNEP), dans le cadre d’un accord signé à Shanghai en mai 2002 pour renforcer la recherche scientifique en Chine et offrir des programmes éducatifs sur l’environnement et le développement durable.

En novembre 2002, sous l’impulsion du Service pour la science et la technologie du Consulat général de France à Shanghai, la première conférence franco-chinoise sur la « Protection et l’utilisation durable des ressources en eau » s’est tenu à Shanghai.

Le programme de recherche en réseau

En 2004, le Ministère des Affaires étrangères a créé un nouveau type de programme de coopération associant la France et un pays partenaire pour permettre à des chercheurs de plusieurs laboratoires de travailler ensemble sur une thématique scientifique commune. Mis en œuvre conjointement avec le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, ce programme de recherche en réseau (P2R) aspire à marquer une nouvelle étape vers la constitution de réseaux d’excellence.

Le consortium constitué des universités de Tongji, de Jiaotong et de Hohai pour la partie chinoise, des INSA de Toulouse et Lyon, du CNRS et de l’INRA pour la partie française, a remporté un projet P2R sur le « Développement durable et la gestion de la ressource en eau » qui s’articule autour des axes suivants :

- l’utilisation et la protection de l’eau,
- le développement de capteurs évaluant la qualité de l’eau,
- l’innovation des procédés de traitement de l’eau.

Entre 2004 et 2007, date de la fin du projet, 6 conférences ont eu lieu alternativement en France et en Chine.

En parallèle, le Ministère des Affaires étrangères a confié fin 2005, à Agropolis International, une mission d’étude de faisabilité des conditions de mise en œuvre d’un partenariat scientifique sur le thème de l’environnement. Ce travail a été valorisé dans le cadre de l’appel à projets ARCUS (Actions en régions de coopération universitaire et scientifique). Le nouveau consortium porte à partir de 2006 un projet de recherche intitulé « Écologie et développement durable » sur l’île de Chongming dans le delta du Yangtze. Ce projet a conduit à un important flux d’étudiants entre les deux pays et à l’organisation de deux séminaires, en 2008 à Montpellier et en 2009 à Lyon. Le séminaire final de restitution du programme ARCUS s’est tenu dans le pavillon français de l’Exposition universelle de Shanghai en octobre 2010.

Une coopération soutenue par l’Agence nationale pour la recherche

En décembre 2008, l’Ambassade de France a décidé de monter une mission d’experts français en Chine du nord pour identifier les partenaires chinois et les thèmes de coopération dans le domaine de l’eau. Un premier séminaire sur les thématiques d’intérêt commun s’est tenu à Pékin en avril 2009, et a conduit à la signature d’un Memorandum of Understanding (Memorandum d’entente, ou MoU) en novembre de la même année, entre l’ANR et le MOST dont le but était d’améliorer la coopération franco-chinoise scientifique.

Un second MoU a été signé en décembre 2009 entre l’ANR et l’Académie chinoise de recherche en sciences environnementales (CRAES), institution de recherche sous la tutelle du Ministère de la protection de l’environnement (MEP) de Chine. En réponse à l’appel à projets du programme ANR-ECOTECH de 2009, deux projets impliquant des partenaires chinois ont été retenus : CreativERU (Concept de rupture appliqué au traitement intensif et à la valorisation des eaux résiduaires urbaines) et PETZECO (Petrochemical Effluents Treatment by Zeolites Combined to Ozone). Enfin, dans le cadre du projet CreativERU, un colloque franco-chinois a eu lieu à Pékin et Shanghai du 25 au 29 septembre 2012 sur le thème « L’eau : une source de matériaux et d’énergie ».

Dernière modification : 16/06/2014

Haut de page