Café des sciences sur l’acidification des océans : une conférence de Jean-Pierre Gattuso [中文]

Jean-Pierre Gattuso, directeur de recherche CNRS au laboratoire d’océanographie de Villefranche-sur-Mer, a donné une conférence grand public au Musée de sciences du Guangdong le samedi 19 septembre. Intitulée « Quel futur pour l’océan ? Comparaison entre deux scénarios contrastés », la conférence du professeur Jean-Pierre Gattuso a attiré plus d’une centaine de personnes.

JPEG - 135.8 ko
De nombreux lycéens suivant l’option « sciences de la mer » sont venus écouter la présentation

L’océan nous rend bien des services. Leur valeur, récemment évaluée à 24 000 milliards de dollars, ferait de l’océan la 7e puissance économique mondiale. Réservoir de biodiversité, l’océan abrite plus de25% des espèces évoluées et fournit 11% des protéines animales consommées. Espace de transport et de loisir, il pourvoit des millions d’emplois. L’océan joue également un rôle primordial dans la régulation du climat : tampon thermique d’une part, il emmagasine 93% du rayonnement solaire. Puits à carbone d’autre part, il absorbe 28 % du CO2 émis. Or, en se dissolvant dans l’eau, le CO2 acidifie l’océan, ce qui n’est pas sans conséquences pour les organismes et les écosystèmes marins. En fonction du chemin que nous emprunterons dans les années à venir, les risques seront plus ou moins marqués. En s’appuyant sur deux scénarios de développement : l’un extrême, avec un maintien de la croissance des émissions de CO2, l’autre raisonné, avec une réduction des émissions de manière à limiter le réchauffement planétaire à 2°C, le professeur Gattuso a commenté les impacts de l’acidification sur certains services que produit l’océan.

JPEG
Jean-Pierre Gattuso est directeur de recherche CNRS au laboratoire d’océanographie de Villefranche-sur-Mer, sous les tutelles du CNRS et de l’université Pierre et Marie Curie (Paris 6). Dès 1995, il a orienté ses recherches vers les différentes réponses des organismes marins et des écosystèmes à l’acidification des océans. Coordinateur du projet européen EPOCA (European Project on OCean Acidification) lancé en juin 2008, il réunit 160 chercheurs appartenant à 32 institutions dans 10 pays européens pour travailler sur les conséquences biologiques, écologiques, biogéochimiques et sociétales de l’acidification des océans. Auteur principal du récent rapport du GIEC, il a également dirigé le premier ouvrage sur l’acidification des océans et présidé le groupe de travail international SOLAS-IMBER sur ces thématiques et est aujourd’hui rédacteur en chef de la revue scientifique Biogeosciences. Depuis 2015, il est président du Programme national « Acidification des océans et biodiversité » et membre du comité scientifique de la Plateforme Océan-Climat de l’Unesco ainsi que du conseil scientifique du chantier Arctique. Enfin, Jean-Pierre Gattuso a contribué au lancement du centre international de l’acidification des océans, basé à Monaco. Il a reçu plusieurs distinctions internationales, dont reçu la médaille Vernadsky de l’EGU en 2012 et la médaille Blaise Pascal de l’Académie européenne des sciences en 2014. Il est aujourd’hui membre de l’Académie européenne des sciences.

Film

Liens Youtube (en français et en anglais, sous-titré chinois)

JPEG - 69 ko
Le professeur a conclu en soulignant l’importance de la prise en compte de l’océan par les décideurs politiques lors de la COP 21, qui se tiendra cet hiver à Paris.
PDF - 25.8 Mo

Dernière modification : 03/05/2016

Haut de page